1 min de lecture Al-Qaïda

Soldats français tués au Mali : Al-Qaïda au Sahel revendique l'attaque

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, affilié à Al-Qaïda, a revendiqué l'attaque survenue lundi 28 décembre.

Dorian Issakhanian, Tanerii Mauri et Quentin Pauchet, les trois soldats tués au Mali.
Dorian Issakhanian, Tanerii Mauri et Quentin Pauchet, les trois soldats tués au Mali. Crédit : FRENCH DEFENCE MINISTRY / AFP
Gaétan Trillat et AFP

Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), alliance djihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda, a revendiqué le meurtre de trois militaires français au Mali, lundi 28 décembre.


"Pour mettre fin à l'occupation française de la région du Sahel, vos frères moudjahidines (du GSIM) ont mené une opération qualitative contre un convoi des forces d'occupation françaises sur la route reliant Gossi et Hombori", a écrit le groupe dans un communiqué. "Cette opération a coûté la vie à trois membres des forces d'élite de l'armée d'occupation". Le texte a été authentifié par le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE.

En 2020, la France a engagé 600 soldats supplémentaires au Sahel, portant ses effectifs à environ 5.100. Elle examine actuellement l'évolution de cet engagement. Les décès de Dorian Issakhanian, Tanerii Mauri et Quentin Pauchet portent à 47 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations Serval puis Barkhane.

Fin novembre, le commandant de Barkhane, Marc Conruyt, avait désigné devant les députés français le GSIM comme l'"ennemi le plus dangereux" au Sahel, où le groupe État islamique est également présent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Al-Qaïda Attentat Militaires
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants