2 min de lecture Russie

Qui est Piotr Pavlenski, l'artiste incendiaire de la Banque de France ?

PORTRAIT - L'artiste russe a été placé en détention provisoire après avoir mis le feu aux portes de la Banque de France dans la nuit de dimanche à lundi.

L'artiste russe Piotr Pavlenski.
L'artiste russe Piotr Pavlenski. Crédit : MARTINI VIRGILIO/SIPA
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

La Banque de France en feu place de la Bastille, c'est lui. L'artiste performeur russe Piotr Pavlenski a été mis en examen et placé en détention provisoire avec sa compagne Oksana Chaligui mercredi 18 octobre pour "destruction du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes". Selon son avocate, l'artiste militant a entamé une grève de la faim pour protester contre "l'absence de débat public".

Depuis le début de l'année 2017, Piotr Pavlenski et Oksana Chaligui vivent en France sous le statut de réfugiés politiques. Célèbre pour sa fervente opposition au régime de Vladimir Poutine, l'artiste dissident a été arrêté à plusieurs reprises par les autorités russes. Son mode de protestation : les performances chocs, parmi lesquelles s'inscrit désormais l'incendie des locaux de la Banque de France dans la nuit du 15 au 16 octobre dernier. 

De l'opposition russe à la Banque de France

"Mettre le feu à la Banque de France, c'est mettre l'éclairage sur la vérité que les autorités nous ont forcé à oublier", écrit Piotr Pavlenski dans un communiqué publié sur le compte Twitter de la militante Femen Inna Shevchenko. "La Banque de France a pris la place de la Bastille, les banquiers ont pris la place des monarques".


En 2016, l'artiste avait déjà utilisé les flammes pour sa performance contre le siège du FSB, les services secrets russes. Il avait été condamné à 500.000 roubles d'amende (environ 7.300 euros). 

À lire aussi
Vladimir Poutine
Vladimir Poutine dément les accusations d'Alexeï Navalny à propos de son palais

Adepte des performances symboliques, Piotr Pavlenski n'hésite pas à se mutiler pour protester. En 2012, il se coud les lèvres en signe de soutien au groupe des Pussy Riots, dont les membres sont poursuivies pour haine religieuse après un concert punk spontané dans une église. La même année, il s'enroule dans du barbelé pour protester contre ce qu'il estime comme des "lois de répression et de censure" mises en place par l'État russe. Les policiers le libère à l'aide d'un sécateur.

Un an plus tard il cloue ses testicules sur la place rouge de Moscou, avant d'être délogé par les autorités. En 2014, il grimpe nu sur le mur de l'hôpital psychiatrique Serbsky de Moscou et se coupe un bout d'oreille. "Le couteau sépare le lobe de l’oreille. Le mur en béton de l’institut sépare la société saine d’esprit des malades mentaux", écrit-il dans son manifeste où il dénonce l'internement psychiatrique des dissidents russes

Lui-même soupçonné de souffrir de problèmes psychologiques, il a subi plusieurs examens. Tous les professionnels l'ont déclaré saint d'esprit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Russie Banque de France Opposition
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants