3 min de lecture États-Unis

Présidentielle : Kamala Harris ou Tammy Duckworth, quelle colistière pour Joe Biden ?

ÉCLAIRAGE - Deux sénatrices démocrates semblent faire la course en tête pour devenir la colistière, et éventuelle vice-présidente, de Joe Biden dans la campagne présidentielle : Kamala Harris et Tammy Duckworth.

La sénatrice Kamala Harris en mars 2020 (à gauche) et la sénatrice Tammy Duckworth (à droite) en février 2020 2020
La sénatrice Kamala Harris en mars 2020 (à gauche) et la sénatrice Tammy Duckworth (à droite) en février 2020 2020 Crédit : JEFF KOWALSKY / AFP / MANDEL NGAN / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Depuis quelques jours, la sénatrice Tammy Duckworth est devenue l'une des cibles régulières de Fox News, la chaîne de télévision conservatrice. La raison semble assez simple : le nom de cette élue de l'Illinois revient de plus en plus souvent pour figurer en second sur le "ticket" démocrate à coté de celui de Joe Biden, lors de la présidentielle de novembre. 

Jusqu'alors, la grandissime favorite était la sénatrice Kamala Harris. Mais les choses semblent encore loin d'être jouées. En attendant que le candidat démocrate se prononce, vraisemblablement dans les prochains jours, qui sont donc ces deux potentielles vice-présidentes des États-Unis ? 

Tammy Duckworth, âgée de 52 ans, est incontestablement une sérieuse prétendante au poste. La sénatrice de l'Illinois s'est fait connaître du grand public en 2018, en devenant la première élue de la Chambre haute à accoucher pendant son mandat. À ce titre, nombreux sont ceux à la considérer comme une pionnière de la cause de femmes. 

Née en Thaïlande d'un père américain et d'une mère thaïlandaise, Tammy Duckworth a également servi en Irak, comme pilote d'hélicoptère. Un conflit au cours duquel elle a perdu ses deux jambes en 2004, après que son BlackHawk a été la cible d'une grenade. Avant de quitter l'armée en 2014, elle avait atteint le grade de Lieutenant-Colonel, rappelle NPR. 

Une "lâche" pour Fox News

À lire aussi
Donald Trump à la Maison Blanche en mars 2020 Présidentielle américaine
Trump hué à Washington : coup de com' ou vision biaisée de l'opinion américaine ?

Un état de service qui n'a pas empêché le présentateur de Fox News Tucker Carlson de traiter cette vétéran, qui a reçu la "Purple Heart", la plus haute distinction militaire américaine, de "lâche", assurant également qu'elle "détestait son pays" en se prononçant en faveur du déboulonnement des statues de George Washington et des esclavagistes.

Un discours retweeté par Donald Trump et que Joe Biden a condamné publiquement, le jugeant "dégoûtant, écœurant", lors d'une levée de fonds auquel assistait l’intéressée. "Je ne peux pas vous dire ce que j'ai ressenti aujourd'hui quand j'ai entendu le président des États-Unis, Donald Trump, remettre en question votre patriotisme", rapporte CNN

Pour sa part, Tammy Duckworth, qui est aussi connue pour son franc-parler, a répondu au journaliste de Fox News d'un tweet. "Est-ce que @TuckerCarlson veut marcher un mile dans mes prothèses et me dire ensuite si j'aime ou non l'Amérique?"

Kamala Harris, la favorite

Face à elle, la favorite reste bel et bien Kamala Harris. Fille d'immigrés jamaïcain et indien, la sénatrice et ancienne candidate à la Maison Blanche a, à 55 ans, elle aussi déjà décroché plusieurs titres de pionnière. Première femme et première personne noire à être élue procureure de la Californie, elle devient en 2017 la première femme originaire d'Asie du Sud et seulement la seconde élue noire à siéger au Sénat.

Kamala Harris entretient depuis longtemps une relation chaleureuse avec Joe Biden. Mais des tensions ont marqué leurs campagnes pour l'investiture démocrate, notamment lors d'un échange très vif pendant un débat. Ils se sont depuis réconciliés. La sénatrice le soutient et Joe Biden lui a fait un appel du pied marqué en lui déclarant publiquement il y quelques mois : "En avançant ensemble, nous pouvons faire une grande différence".

Plus récemment, elle a reçu le soutien d'une autre potentielle vice-présidente, elle-aussi ancienne candidate à la primaire démocrate, Amy Klobuchar, en estimant qu'après le mouvement de contestation né de la mort de George Floyd, ce rôle devait revenir à une femme noire. "Après ce que j'ai vu dans mon Etat, ce que j'ai vu dans tout le pays, c'est un moment historique, et l'Amérique doit saisir cette occasion". 

Car la vague de colère historique contre le racisme et les brutalités policières ont en effet changé la donne pour Joe Biden. Et le choix d'une colistière noire, pouvant devenir la première vice-présidente des États-Unis, apparaîtrait comme un signal fort en direction de la communauté afro-américaine. Seul bémol, à l'heure d'une remise en cause du fonctionnement du système judiciaire et pénal envers les minorités, son passé de procureure pourrait avoir l'inverse de l'effet escompté et finalement lui nuire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Joe Biden
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants