2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : que révèle le taux record de votes anticipés ?

Biden et Trump vont sillonner les mêmes états clés pendant ce dernier weekend de campagne, alors que le vote anticipé continue à battre des records.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
Présidentielle américaine : que révèle le taux record de votes anticipés ? Crédit Image : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par William Vuillez

À quatre jour de l'élection présidentielle, nous n'avons qu'une seule certitude : il se passe quelque chose. En effet, on est à cette heure-ci déjà à 57% du total des votes enregistrés en 2016. Il y a déjà des comtés et des états qui dépassent le total de voix enregistrées en 2016. Participation historique. Il se passe quelque chose dans le pays, mais quoi ?

Il faut rester prudent, pour deux raisons : les comparaisons avec les scrutins précédents sont biaisées par la pandémie. Beaucoup de gens ont voulu anticiper. Prudence aussi car chaque camp accuse l’autre de vouloir contester les résultats, et les démocrates ont réussi à faire passer l’idée auprès de leurs électeurs que Trump allait essayer de voler l’élection s’il était battu

Que ce soit vrai ou pas, c’est un autre sujet, mais en tout cas cela explique aussi en partie la mobilisation exceptionnelle. Pourtant, tout en ayant en tête ces deux précautions, ce vote anticipé nous donne des indices sur le résultat. 

Quels indices ?

Les quelques états qui comptent au fur et à mesure ne révèlent pas les résultats avant le jour du vote, évidemment, mais aux États-Unis, quand vous vous inscrivez sur les listes électorales, vous pouvez vous enregistrer comme républicain ou démocrate, ou comme indépendant. Ça ne veut pas dire que vous êtes membre du parti, ça veut juste dire que vous pouvez participer aux primaires. Donc état par état, on voit sur les listes électorales quel camp mobilise le plus sa base

À lire aussi
En 2016, quand Antony Blinken, futur chef de la diplomatie de Joe Biden, vantait Paris : "la ville la plus remarquable du monde" États-Unis
En 2016, Antony Blinken vantait Paris, "la ville la plus remarquable du monde"

Par exemple, en Floride le camp Trump est ravi de voir une forte mobilisation des électeurs enregistrés comme républicain, meilleure que prévu. C’est crucial car sans la Floride, Trump a moins de 1% de chance de gagner l’élection selon les statisticiens. Au Texas, c’est l’inverse, les démocrates constatent une participation massive, des jeunes urbains, au point qu’un sénateur républicain du Texas a prévenu Trump qu’il pouvait perdre cet état qui n’a pas voté pour un démocrate à la présidentielle depuis 1976

Surtout, dans ces électeurs qui ont déjà voté, on constate une part importante de gens qui sont habituellement des abstentionnistes, qui n’avaient pas voté en 2016. Qui sont-ils ? Pourquoi sortent-ils de l’abstention pour cette élection ? Ça peut créer de grosses surprises mardi.

Les premiers signes d’une vague anti-Trump

Est-ce que ces anciens abstentionnistes, qui ne croyaient plus à la politique, sortent en masse pour faire réélire un président qui n’était pas un politicien, qui a secoué Washington, qui se présente toujours comme l’anti-système ? C’est ce qu’annonce le camp Trump. 
Ou est-ce que ces chiffres d’une mobilisation massive, sont les premiers clapotis d’une vague anti-Trump qui va déferler et qui donnerait à Biden une large victoire? On verra mercredi matin. En tout cas il se passe quelque chose.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants