2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : l'affaire Jacob Blake sujet de débat entre Trump et Biden

L'affaire Jacob Blake, du nom de ce père de famille noir dans un état grave après avoir reçu plusieurs balles dans le dos, tirées par des policiers, est en passe de devenir un sujet de débat entre Joe Biden et Donald Trump.

micro generique Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Présidentielle américaine : l'affaire Jacob Blake sujet de débat entre Trump et Biden Crédit Image : SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Benoît Collet

Malgré la convention républicaine, malgré l’arrivée dans les prochaines minutes d’un ouragan de catégorie 4 en Louisiane, l’actualité est marquée par les suites de l’affaire Jacob Blake dans le Wisconsin, ce père de famille hospitalisé après s'être fait tirer dans le dos par des policiers à Kenosha (Wisconsin), où deux manifestants ont été tués et un autre blessé dans une fusillade.

Le tireur a été arrêté. Il s'agit d'un adolescent de 17 ans, qui vient d’être inculpé pour meurtre avec préméditation. C’est lui qu’on voit sur les vidéos tirer sur des protestataires. Dans une autre, on le voit avec son fusil semi automatique : il se vante d’être venu protéger des commerces.

On sait que des milices d’auto défense s’étaient rassemblées après des appels sur Facebook, on ne sait pas si lui en faisait partie. En fouillant ses profils sur les réseaux sociaux, on le voit poser fièrement avec des armes. Dans la biographie de son compte Instagram, il se présente comme un "type qui essaye juste d’être célèbre", et il ajoute "Trump 2020", référence à la campagne du président. Il a aussi posté une vidéo Tiktok où on le voit au premier rang d’une réunion publique du président Trump. 

Accusations de laxisme

Dans le camp trumpiste, on rétorque que le président aurait "condamné toute forme de violence et pense que nous devons protéger tous les Américains du chaos et de l’anarchie".
Il faut rappeler que 24 heures avant cette fusillade, la convention Trump mettait en avant à la télévision un couple qui a été inculpé pour être avoir visé avec un fusil et un pistolet des manifestants noirs devant leur maison.

À lire aussi
Donald Trump, lors de la tournée de recrutement pour "The Apprentice", le 9 juillet 2004, à Los Angeles Présidentielle américaine
États-Unis : comment "The Apprentice" a sauvé les affaires de Donald Trump

Et dans la troisième soirée de la convention qui vient de s’achever, le Wisconsin a à peine été mentionné, le vice-président Pence a seulement affirmé avoir "vu la violence et le chaos dans les rues de nos grandes villes. Les émeutes et les pillages ne sont pas des manifestations pacifiques. La violence doit cesser. Nous aurons la loi et l’ordre dans les rues de ce pays pour chaque Américain quelque soit sa race, sa croyance ou sa couleur. Vous ne serez pas en sécurité dans l’Amérique de Joe Biden". 

Récupérations politiques

C’est le message qu’on entend depuis trois jours, qu’une présidence Biden ouvrirait la porte à l’anarchie et au chaos. Notez l’ambiguïté du message. Puisqu’il dénonce aussi l’anarchie le chaos aujourd’hui, et le président s’appelle Donald Trump, pas Joe Biden. 


Les dramatiques événements de Kenosha peuvent profiter à Trump, qui accuse les démocrates de vouloir couper dans les budgets de la police. Mais Joe Biden répète qu’il n’est pas favorable à cette revendication poussée par son aile gauche et dénonce les violences. En même temps il n’en avait pas dit grand chose lors de son discours la semaine dernière. Ce qui donne des arguments au camp Trump qui le traite de laxiste.

Cela peut aussi profiter à Biden, car Donald Trump a payé dans les sondages en juin ses provocations après la mort de George Floyd, beaucoup d’Américains lui reprochant de jeter de l’huile sur le feu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Racisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants