1 min de lecture Écologie

Pays-Bas : enterrement avec un "cercueil vivant", réalisé avec des champignons

VU DANS LA PRESSE - L'objectif de l'invention : nourrir la terre avec le corps décédé afin de l'enrichir et permettre à de la végétation de mieux pousser.

Un enterrement pendant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Un enterrement pendant l'épidémie de coronavirus (illustration) Crédit : Piero Cruciatti / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Une deuxième vie après la mort ? C'est ce que cherche à obtenir l'entreprise néerlandaise Loop, qui a mis au point le "Living Cocoon", un cercueil créé avec du mycélium, l'appareil végétatif des champignons. 

Le produit a connu un premier essai, en ce mois de septembre 2020, lors d'un enterrement. "Je n'y suis pas allé, mais j'ai discuté avec un proche avant les funérailles", explique le fondateur de Loop, Bob Hendrikx, au quotidien Metro, "c'était un moment émouvant, nous avons discuté du cycle de la vie".

L'objectif du "Living Cocoon" est de permettre au corps humain décédé d'être composté. Là où un corps dans un cercueil traditionnel peut prendre plus d'une décennie à se décomposer, selon Bob Hendrikx, le mycélium est un "recyclant naturel", qui va permettre une décomposition complète et une amélioration de la terre en deux à trois ans.

"Ce cercueil nous permet de nourrir la terre avec nos corps", explique-t-il, "nous devenons des nutriments, pas des déchets". Sûr de son invention, Bob Hendrikx veut lui-même être enterré dans un cercueil en mycélium, et aider à faire pousser un de ses arbres préférés : le sapin de Douglas.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Innovation Mort
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants