1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "Pandora Papers" : plusieurs personnalités mises en cause pour évasion fiscale
2 min de lecture

"Pandora Papers" : plusieurs personnalités mises en cause pour évasion fiscale

L'enquête intitulée "Pandora Papers", à laquelle ont participé environ 600 journalistes, met au jour plus de 29.000 sociétés offshores.

Fraude fiscale (illustration)
Fraude fiscale (illustration)
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Florise Vaubien & AFP

International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) a publié ce dimanche 3 octobre sa dernière enquête sur l'évasion fiscale. Intitulée "Pandora Papers", cette gigantesque étude qui a rassemblé 150 médias internationaux dévoile que plusieurs dirigeants, dont le Premier ministre tchèque et le roi de Jordanie, ont dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment pour échapper aux impôts. D'autres personnalités, comme l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, la chanteuse Shakira ou le mannequin Claudia Schiffer, sont également épinglées dans cette enquête. 

600 journalistes se sont appuyés sur quelque 11,9 millions de documents qui proviennent de 14 sociétés de services financiers : leurs recherches ont mis au jour plus de 29.000 sociétés offshores. Au total, des liens ont été établis par l'ICIJ entre des actifs offshore et 336 dirigeants et responsables politiques de premier plan, qui ont créé près de 1.000 sociétés, dont plus des deux tiers aux Îles Vierges britanniques.

Selon ces investigations, le roi Abdallah II de Jordanie a créé au moins une trentaine de sociétés offshore dans des pays ou territoires dont la fiscalité est avantageuse. Une stratégie qui lui aurait permis d'acheter 14 propriétés de luxe aux États-Unis et au Royaume-Uni, pour plus de 106 millions de dollars.

Le roi Abdallah II, Tony Blair et Andrej Babis épinglés

La presse rapporte également que l'ancien Premier ministre Tony Blair, 68 ans, a "recouru à un montage offshore qui leur a permis d’économiser 340 000 livres sterling (380 000 euros) de taxes sur l’achat d’une belle propriété victorienne dans un quartier huppé de Londres, pour la coquette somme de 7,3 millions d’euros", peut-on lire dans les colonnes du Monde.

À lire aussi

Le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, est de son côté accusé d'évasion fiscale dans le cadre d'investissements immobiliers. Celui qui avait promis de sévir contre la fraude aux impôts et la corruption à son arrivé au pouvoir aurait placé 22 millions de dollars dans des sociétés-écran, souligne franceinfo

Des fonds qui auraient servi à financer l'achat du château Bigaud, à Mougins dans le sud de la France. Sept autres villas acquises un an plus tard auraient été achetées par le biais d'une autre société monégasque. Des sociétés-écrans et des biens immobiliers qui "n’apparaissent pas dans les déclarations de patrimoine qu'il est tenu de déposer en tant qu'agent public". 

Shakira accusée d'une fraude à hauteur de 14,5 millions d’euros

Parmi les personnalités exposées, on trouve également l'ancien ministre français Dominique Strauss-Kahn, la chanteuse colombienne Shakira, le mannequin allemand Claudia Schiffer ou encore la légende indienne du cricket Sachin Tendulkar. 

La chanteuse colombienne est accusée d’avoir fraudé les impôts à hauteur de 14,5 millions d’euros, d'après El Pais, média membre du Consortium. Elle est mentionnée dans trois sociétés enregistrées aux Îles Vierges britanniques, à savoir Light Productions Limited, Light Tours Limited et Titania Management Inc. 

Dans la plupart des pays, ces faits ne sont pas susceptibles de poursuites judiciaires. Mais dans le cas des dirigeants politiques, l'ICIJ pointe le discours anti-corruption tenu par certains d'entre eux avec leurs placements dans des paradis fiscaux.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/