1 min de lecture Conflit

Nucléaire : l'Iran sur le point de reprendre l'enrichissement de son uranium 235

Le pays est sur le point de reprendre l'enrichissement d'uranium à un niveau prohibé par la communauté internationale. Une décision qui sonne comme une revanche envers les États-Unis.

Le président des États-Unis Donald Trump et Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran
Le président des États-Unis Donald Trump et Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran Crédit : HO, Nicholas Kamm / AFP / IRANIAN PRESIDENCY
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

L'Iran a confirmé ce dimanche qu'il s'affranchissait d'un nouvel engagement pris vis-à-vis de la communauté internationale et qu'il allait commencer dans la journée à enrichir de l'uranium 235 à un niveau prohibé par l'accord sur son programme nucléaire conclu en 2015 par l'accord de Vienne.

"Sur ordre reçu du président [Hassan Rohani], la deuxième phase [du plan de réduction des engagements de l'Iran] a commencé aujourd'hui", a déclaré à la presse Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), en précisant que ses services étaient prêts à enrichir "n'importe quelle quantité" d'uranium "a n'importe quel niveau" de pureté en fonctions des ordres qu'il recevra.

"Dans quelques heures", le temps de régler quelques détails techniques, l'Iran reprendra "l'enrichissement [de l'uranium] au-dessus de 3,67%", a ajouté M. Kamalvandi, sans donner de chiffre précis quand au nouveau taux retenu par Téhéran.

Riposte après les sanctions américaines

C'est un des éléments de la riposte iranienne à la décision annoncée en mai 2018 par le président américain Donald Trump de sortir unilatéralement les États-Unis de ce pacte et de rétablir les sanctions américaines contre l'Iran qui avaient été levées en vertu de l'accord.

À lire aussi
La ville de Ras al-Ain près de la frontière turco-syrienne (illustration) conflit
Syrie : les Kurdes s'allient à Damas face à l'avancée des forces turques

L'Iran avait également menacé, à partir de dimanche, de reprendre son projet initial de construction d'un réacteur nucléaire à Arak (centre) mis en sommeil en vertu de l'accord de Vienne. Le vice-ministre des Affaires étrangères iranien, Abbas Araghchi a néanmoins indiqué qu'aucune décision n'avait encore été prise à ce sujet.

Téhéran a également menacé de s'affranchir d'autres obligations en matière nucléaire dans "60 jours" à moins qu'une "solution" soit trouvée avec ses partenaires au sein de l'accord sur le nucléaire iranien. "Nous espérons que nous pourrons trouver une solution, sinon, dans 60 jours, nous entamerons la troisième étape" du plan de réduction des engagements pris par l'Iran, a déclaré Abbas Araghchi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Conflit Iran International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants