1 min de lecture Congé parental

Nouvelle-Zélande : le président du Parlement siège en donnant le biberon à un bébé

En pleine séance, mercredi 21 août, le président du Parlement néo-zélandais a nourri le bébé d'un député revenant de congé paternité.

Le président du Parlement est lui-même père de trois enfants
Le président du Parlement est lui-même père de trois enfants Crédit : Capture Twitter Euronews
Photo Esther
Esther Serrajordia Journaliste

Un visiteur pas comme les autres a pointé le bout de son nez au parlement néo-zélandais, mercredi 21 août. Le bébé d'un peu plus d'un mois du député travailliste Tamati Coffey est devenu le roi de la séance, notamment lorsqu'il s'est fait nourrir au biberon par le président du Parlement, Trevor Maillard

Des photos et des vidéos de l'élu en train de le bercer et de lui donner à manger ont circulé sur les réseaux sociaux et ont été de nombreuses fois partagées. Le petit garçon est né le 10 juillet 2019 de mère porteuse. Son père et son compagnon l'avaient alors annoncé sur Facebook, affirmant qu'ils étaient "submergés par le miracle de la vie". 

Tamati Coffey, en congé parental jusqu'alors, s'est exprimé sur le média local NewsHub à propos de la vidéo devenue virale. "Je me suis senti pleinement soutenu par mes collègues", a-t-il déclaré, "les bébés apaisent la tension ambiante au Parlement". "Je pense que nous avons davantage besoin d'eux pour nous rappeler la véritable raison pour laquelle nous sommes tous ici", a conclu le député. 

En septembre dernier, la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern avait aussi fait parler d'elle sur les réseaux sociaux en amenant son bébé à l'Assemblée Générale des Nations-Unies

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Congé parental Nouvelle-Zélande Parlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants