3 min de lecture Mali

Libération de Sophie Pétronin : ce que l’on sait

Sophie Pétronin a été libérée dans la nuit de jeudi à vendredi après quatre ans de captivité : elle était la dernière otage française retenue dans le monde. L'humanitaire, qui se sent "très bien", rencontrera Emmanuel Macron vendredi.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Libération de Sophie Pétronin : ce que l'on sait (1/2) Crédit Image : SITE INTELLIGENCE GROUP / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Christophe Decroix
Christophe Decroix édité par Florise Vaubien

Après deux jours d'incertitudes, Sophie Pétronin est libre. L’humanitaire était la dernière otage française encore retenue dans le monde. Elle avait été enlevée au Mali en décembre 2016, le soir de Noël. Trois autres otages ont également été libérés : l'ancien ministre et opposant malien Soumaïla Cissé et deux Italiens. 

Aujourd’hui âgée de 75 ans, l'humanitaire Sophie Pétronin a été libérée dans la nuit de jeudi 8 octobre à vendredi 9 octobre. L'humanitaire, enveloppée dans un grand voile blanc, a donné des nouvelles de son état de santé, lors de sa descente de l’avion à Bamako, la capitale du Mali. "Je vais très bien, j’ai vu le médecin et je n’ai aucun problème de santé : j’ai perdu un peu de poids et quatre dents", explique l’ancienne otage des djihadistes au micro de Mohammed Ag Amedou. 

Elle a précisé qu'elle comptait "prendre du magnésium et du phosphore, pour renforcer un peu la matière grise, et arranger la carrosserie qui est un peu défectueuse". "Je ferai ça rapidement, je relèverai les manches pour me remettre au travail, et tout ira bien", a-t-elle poursuivi. 

Les retrouvailles avec son fils

À son arrivée, son fils Sébastien s'est rué dans ses bras, en criant "maman, maman". Une mère qu'il n'avait pas vue depuis près de quatre ans et qu'il savait en danger. Sophie Pétronin, émue, a embrassé longuement son fils qui se battait depuis 1.384 jours pour arracher sa libération. Elle lui a demandé pardon pour tout le mal qu'il s'est donné. 

Par ailleurs, l'ancienne otage est étonnamment alerte alors que dans la dernière vidéo, qui date de 2018, elle était alitée, très faible et contrainte de prendre des médicaments. Ces derniers jours, son fils s'alarmait ne sachant pas si elle était encore capable de se tenir debout. 

Une "retraite spirituelle"

À lire aussi
La force Barkhane déployée au Mali (illustration) intervention française au Mali
Mali : une trentaine de jihadistes tués par la force française Barkhane

Sophie Pétronin a dit quelques mots sur sa captivité : elle n'a pas été maltraitée et pouvait se promener à proximité de son lieu de détention. Elle reconnaît toutefois que le temps était "un peu long". L'humanitaire était, dit-elle, dans l'acceptation, sans accorder d'importance à la mort. 

"Vous savez, nous avons tous eu ou nous aurons tous des épreuves" à traverser : "si vous êtes dans l’acceptation de ce qu’il vous arrive ça ne va pas trop mal se passer mais si vous résistez, alors vous allez vous cogner", ajoute l’humanitaire. 

"Je me suis placée dans l’acceptation", détaille Sophie Pétronin qui qualifie sa captivité de "retraite spirituelle". "Je me suis accrochée car je sais que c’est l’anse la plus ferme", poursuit l’humanitaire avec beaucoup de résilience. 

200 djihadistes relâchés

Les otages avaient été informés depuis lundi qu’ils allaient être libérés. Durant le week-end, le nouveau pouvoir malien, tenu par les militaires, avait relâché plus de 200 djihadistes qui avaient été ramenés vers le nord du pays. On avait tout de suite pensé à une monnaie d’échange. 

Et puis, les autorités n’avaient plus donné de nouvelles : ce genre de tractation demande en effet beaucoup de discrétion. Les otages passent souvent de main en main avant de se retrouver en sécurité. Enfin, hier, jeudi 8 octobre, la nouvelle est tombée à Bamako et Sophie Pétronin est arrivée en pleine forme

Une rencontre avec Emmanuel Macron

Sophie Pétronin devrait rentrer à Paris, ce vendredi 9 octobre, où elle rencontrera le président Emmanuel Macron, avec qui elle s’est entretenue au téléphone jeudi. "Vous êtes incroyable", lui a lancé le chef d'État. L’ancienne otage rentrera ensuite dans sa famille en France et en Suisse. 

L'humanitaire a déjà fait savoir qu’elle comptait retourner à Gao, là où elle avait été enlevée, pour voir les membres de son association qui s’occupe d’enfants. Son fils Sébastien a toutefois prévenu qu’il n’était pas question qu’elle y retourne sans une totale sécurité. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mali Otages français Otages
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants