1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Liban : comment les plaques d'égout de Beyrouth sont devenues la nouvelle cible des voleurs
1 min de lecture

Liban : comment les plaques d'égout de Beyrouth sont devenues la nouvelle cible des voleurs

La capitale du Liban, Beyrouth, est confrontée à une recrudescence de vols de plaques d'égout. Ces dernières sont prisées pour leur fer, destiné à la revente. Dans ce pays en proie à un effondrement économique, le fer coûte de plus en plus cher.

Les autorités assurent ne pas avoir les moyens de remplacer les plaques d'égout. Face à leur disparition progressive, ils redoutent des accidents.
Les autorités assurent ne pas avoir les moyens de remplacer les plaques d'égout. Face à leur disparition progressive, ils redoutent des accidents.
Crédit : Patrick Lefevre / BELGA MAG / Belga via AFP
Charline Vergne & AFP

Depuis quelques temps, Beyrouth, capitale libanaise, est devenue le théâtre de vols d'un genre nouveau : celui des plaques d'égout. C'est pour leur fer, destiné à la revente, que ces dernières représentent un intérêt tout particulier.

Au Liban, pays en proie à un effondrement économique sans précédent, ce matériau coûte de plus en plus cher. D'ailleurs, le gouverneur de la ville, Marwan Abboud, a précisé ce mercredi 24 février à l'AFP que les vols de matériaux ferreux ont augmenté depuis l'explosion dévastatrice survenue dans le port de Beyrouth, le 4 août dernier. Ces vols concernent principalement "les plaques d'égouts en fer plombé, dont le prix a considérablement augmenté", a-t-il ajouté.

Cette explosion a provoqué l'aggravation des difficultés déjà rencontrées par la population. Désormais, la moitié vit dans la pauvreté

Un couvercle de 70-100 kilos peut rapporter 100 dollars

La monnaie locale, en chute libre, a perdu plus de 80% de sa valeur face au billet vert. Conséquences : une hyperinflation et une forte érosion du pouvoir d'achat des Libanais, quelle que soit leur catégorie sociale.

À lire aussi

Les autorités assurent ne pas avoir les moyens de remplacer les plaques d'égout. Face à leur disparition progressive, elles redoutent des accidents, impliquant les automobilistes et les piétons. Surtout la nuit. Le phénomène "est source de grande inquiétude pour nous", a confié à l'AFP une source de la garde municipale de la ville. "Nous déployons jour et nuit du personnel pour identifier les voleurs".

D'après le journal local Al-Akhbar, un couvercle pesant entre 70 et 100 kilos peut rapporter 100 dollars. Ce trafic est donc particulièrement juteux pour des "bandes spécialisées et organisées".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/