1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Les infos de 8h - 11 septembre 2001 : comment s'en sort l'Irak, 20 ans après les attentats ?
3 min de lecture

Les infos de 8h - 11 septembre 2001 : comment s'en sort l'Irak, 20 ans après les attentats ?

Depuis le renversement de Saddam Hussein en 2003, l'Irak est occupé par l'armée américaine. Depuis, le pays est en proie à une grande instabilité.

L'ambassade américaine à Bagdad
L'ambassade américaine à Bagdad
Crédit : JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Le journal RTL de 8h du 11 septembre 2021
10:11
Le journal RTL de 8h du 11 septembre 2021
10:11
Brice Dugénie - édité par Marie Gingault

Il y a 20 ans, le monde avait les yeux rivés sur Manhattan : 2.977 personnes ont perdu la vie dans les attaques terroristes contre le World Trade Center et le Pentagone. La blessure reste vive aux États-Unis, mais aussi en Irak. Le pays a été occupé par l'armée américaine, qui a chassé Saddam Hussein en 2003. La jeunesse a grandi dans un pays déstabilisé : insécurité, pauvreté, théories du complot... 20 ans après les attentats qui ont tout déclenché, les jeunes irakiens se confient au micro de RTL. 

Après l'Afghanistan, dans la foulée des attentats du 11 septembre, c'est aux armes de destruction massive de Saddam Hussein, inventée par l'administration Bush, que Washington décide de s'attaquer à partir de 2003. Pour Mohamed, 23 ans, tout cela était une manipulation : "C'est une machination américaine. Il fallait justifier l'intervention en Afghanistan pour lutter contre l'influence russe, puis ensuite venir ici en Irak pour renverser le régime de Saddam Hussein et le remplacer par un régime allié des États-Unis". 

S'en sont suivi des années de chaos pour les jeunes Irakiens, comme en témoigne ce trentenaire : "On a perdu 20 ans. Moi, par exemple, j'ai passé dix ans de ma vie sous les bombes, les véhicules piégés, la guerre civile, les attaques d'Al-Qaïda et les menaces des milices. C'est à cause de qui ? Bien sûr les Américains et les pays voisins. Ce qui intéresse les Américains c'est que leurs intérêts et après ils s'en fichent", déplore le jeune homme. 

Cette jeunesse irakienne très critique contre les États-Unis, n'est pas nostalgique pour autant de la dictature de Saddam Hussein, comme en témoigne Maryam, une infirmière âgée de 20 ans : "À l'époque de Saddam Hussein nous étions un pays coupé du monde. Mon père me le dit souvent, pas moyen de communiquer avec l'extérieur, aucune possibilité de partir à l'étranger. Je ne dis pas qu'aujourd'hui c'est idéal, il y a l'instabilité, l'insécurité, les violences, mais si tu me demandes de choisir alors je choisis aujourd'hui car nous avons quand même un peu de liberté", confie la jeune femme.

À lire aussi

Le paradoxe c'est que les Irakiens sont nombreux à espérer que les Américains ne quittent pas trop vite le pays pour ne pas laisser l'Irak aux mains des islamistes iraniens déjà très présents. Vingt ans après le 11 septembre, ce serait une nouvelle désillusion pour la jeunesse irakienne. 

À écouter également dans ce journal :

Coronavirus - Des soignants ont été hués à leur arrivée en Martinique. Le personnel hospitalier venu en renfort depuis la métropole a reçu un accueil glacial par une vingtaine de militants anti-vaccins à l'aéroport de Fort-de-France.
Agriculture - Du gel en avril et un été humide. Après une saison très difficile, Emmanuel Macron promet une assurance récolte efficace pour les agriculteurs. 600 millions d'euros serviront à abonder leur prime d'assurance.

Tennis - Novak Djokovic s'est qualifié pour la finale de l'US Open ce vendredi à New York en battant l'Allemand Alexander Zverev 4-6, 6-2, 6-4, 4-6, 6-2. Le numéro un mondial affrontera le Russe Daniil Medvedev en finale ce dimanche.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/