1 min de lecture Algérie

Les Algériens sont une nouvelle fois descendus dans la rue ce vendredi

Les manifestants contestent toujours la transition engagée après la démission du président Abdelaziz Bouteflika. Tayeb Belaiz, président du Conseil constitutionnel, a démissionné mardi 16 avril.

Algers
Algers Crédit : AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Pour ce neuvième vendredi consécutif, une foule très importante a manifesté sans incident, à Alger ce 19 avril. Les manifestants contestent la transition engagée après la démission du président Abdelaziz Bouteflika. 

Aucun chiffre officiel n'a été communiqué, mais la mobilisation dans la capitale a été comparable à celle des précédents vendredi, jugée historique par les observateurs. "On ne s'arrêtera que quand vous partirez tous", "Barakat (ça suffit) ce système", ont scandé les manifestants dans le cortège qui s'est ébranlé en milieu d'après-midi. 

Des foules importantes ont également défilé à Oran (nord-ouest), Constantine et Annaba (nord-est), 2e, 3e et 4e villes d'Algérie, mais aussi dans des villes de moindre importance comme Bordj Bou Arreridj, particulièrement mobilisée, à 150 km au sud-est d'Alger, ou Tizi Ouzou, à 100 km à l'est. 

À lire aussi
Saïd Bouteflika (à droite près de la table), le 17 mai 2007 algérie
Algérie : le frère de Bouteflika et deux anciens généraux ont été arrêtés

Des manifestations encore interdites il y a deux mois

Il y a deux mois encore, les manifestations à Alger étaient strictement interdites et le scénario semblait écrit : les Algériens iraient aux urnes jeudi 18 avril pour offrir à Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, un 5e mandat à la tête de l'Algérie. Depuis, les millions de protestataires ont notamment obtenu qu'il renonce à un nouveau mandat puis qu'il quitte le pouvoir avant la fin de son mandat.

Les rassemblements de vendredi interviennent après la démission mardi 16 avril de Tayeb Belaiz, président du Conseil constitutionnel. Avec Abdelkader Bensalah, président de la Chambre haute propulsé chef de l'Etat par intérim, et le Premier ministre Noureddine Bedoui, Tayeb Belaiz était l'un des "3B", membres du premier cercle autour d'Abdelaziz Bouteflika, dont la contestation exige désormais le départ.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie International Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797466753
Les Algériens sont une nouvelle fois descendus dans la rue ce vendredi
Les Algériens sont une nouvelle fois descendus dans la rue ce vendredi
Les manifestants contestent toujours la transition engagée après la démission du président Abdelaziz Bouteflika. Tayeb Belaiz, président du Conseil constitutionnel, a démissionné mardi 16 avril.
https://www.rtl.fr/actu/international/les-algeriens-sont-une-nouvelle-fois-descendus-dans-la-rue-ce-vendredi-7797466753
2019-04-19 22:26:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/c5iieUjl6Iw-HR-z4Ljd1Q/330v220-2/online/image/2019/0419/7797466824_algers.jpg