1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Le "Poséidon", la terrifiante "super arme" nucléaire développée par la Russie
2 min de lecture

Le "Poséidon", la terrifiante "super arme" nucléaire développée par la Russie

ÉCLAIRAGE - Moscou développerait actuellement une torpille nucléaire capable de provoquer de gigantesques tsunamis radioactifs, révèle une enquête de CNN. Une menace prise très au sérieux par les experts.

Un soldat russe sur la base arctique de l'île de Kotelny, en avril 2019
Un soldat russe sur la base arctique de l'île de Kotelny, en avril 2019
Crédit : Maxime POPOV / AFP
Thomas Pierre

"Poséidon", un nom divin à la mesure de l’ambition de dévastation de cette nouvelle arme russe. Moscou développerait en effet une "super torpille" nucléaire en mesure de créer de gigantesques raz-de-marée radioactifs, capables d'annihiler des pans de côtes pendant des décennies, révèle une enquête de CNN

La puissance d'une telle arme furtive est en cela sans équivalent. L'appareil est conçu pour contenir une ogive de plusieurs mégatonnes. Son principe : se faire un chemin à travers les fonds marins, au-delà des défenses côtières, afin de rendre invivables des littoraux entiers. 

Un scénario apocalyptique et une menace prise très au sérieux par les experts. Christopher Ashley Ford, l'ancien secrétaire d'État adjoint à la sécurité internationale des États-Unis, avait ainsi alerté en novembre sur cette arme redoutable conçue, selon lui, pour "inonder les villes côtières américaines de tsunamis radioactifs". 

Le contrôle de l'Arctique en jeu

En février dernier, Vladimir Poutine en personne aurait d'ailleurs demandé une accélération du développement du programme "Poseidon 2M39", en vue de tests d'ici la fin de l'année. Mais avec cette arme d'un nouveau genre, l'objectif du Kremlin ne serait pas uniquement de franchir un palier supplémentaire dans la nouvelle guerre froide américano-russe. 

À lire aussi

L'enjeu ici serait plus particulièrement le contrôle de l'Arctique, et le Poséidon, un nouveau moyen de pression à la table des négociations. Katarzyna Zysk, professeur de relations internationales à l'Institut norvégien des études de défense, estime ainsi auprès de CNN, que ce nouveau type d'armement sera avant tout "utilisé pour effrayer", ainsi que comme "carte de négociation". 

Une "route maritime" sous contrôle russe

"Mais pour ce faire, il doit être crédible. Il doit sembler réel", insiste-t-elle. De quoi expliquer également la présence de plus en plus importante de la Russie dans ses territoires situés au-delà du cercle polaire, comme sur sa base située sur l'île de Kotelny, abandonnée après la chute de l'Union soviétique, mais réinvestie par l'armée depuis 2013.

La dimension économique non plus n'est pas à exclure ici. Moscou compte aussi étendre son influence sur la "route maritime du Nord", une voie de navigation reliant la Norvège à l'Alaska, en longeant les côtes russes jusqu'à l'Atlantique Nord. Une route de plus en plus praticable du fait de la fonte des glaces provoquée par le réchauffement climatique.

En l'empruntant, les porte-conteneurs réduiraient en effet drastiquement leur temps de trajet entre l'Europe et l'Asie. Une sérieuse concurrente au canal de Suez donc, et une manne financière indéniable pour celui qui la contrôle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/