1 min de lecture Rétrospective de l'année

Le 20 août 2020 : le jour où l'opposant russe Alexeï Navalny a été empoisonné

Le 20 août, l'opposant russe Alexeï Navalny est hospitalisé après un grave malaise. L'ombre du Kremlin plane sur ce qui se révèlera être un empoisonnement au Novitchok.

Le 20 août, l'opposant russe Alexeï Navalny (ici le 15 septembre) est hospitalisé après un malaise. Il est soigné en urgence à Berlin. Des tests montrent qu'il a été empoisonné par un agent neurotoxique de type Novitchok, conçu par les soviétiques.
Le 20 août, l'opposant russe Alexeï Navalny (ici le 15 septembre) est hospitalisé après un malaise. Il est soigné en urgence à Berlin. Des tests montrent qu'il a été empoisonné par un agent neurotoxique de type Novitchok, conçu par les soviétiques. Crédit : Instagram/navalny
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre et AFP

Un opposant au Kremlin de plus en plus gênant ? Le 20 août 2020, Alexeï Navalny est placé en réanimation dans un état grave dans un hôpital de Sibérie après avoir fait un malaise à bord d'un avion. Dans le coma, il est transféré dans un hôpital de Berlin, où les médecins allemands estiment qu'il présente, comme suspecté, des "traces d'empoisonnement". 

Moscou affirme pourtant ne voir "aucune raison" d'accuser l'État russe d'en être à l'origine. Le 14 septembre, des laboratoires français et suédois confirment un empoisonnement par un agent neurotoxique de type Novitchok, une substance conçue par des spécialistes soviétiques à des fins militaires. Emmanuel Macron dénonce une "tentative d'assassinat" lors d'un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine. 

Le 15, Alexeï Navalny diffuse sur Instagram un message et une photo de lui, entouré de sa famille. Deux jours plus tard, son équipe affirme que des traces de Novitchok ont notamment été retrouvées sur une bouteille d'eau récupérée dans sa chambre d'hôtel en Sibérie. 

Dans sa première interview depuis sa sortie de l'hôpital, l'opposant accuse Vladimir Poutine d'être "derrière" son empoisonnement. Mi-décembre, plusieurs médias publient une enquête accusant des experts en armes chimiques des services spéciaux russes (FSB) d'avoir filé l'opposant Alexeï Navalny, y compris le jour de son empoisonnement présumé. La Russie dément toujours, jugeant ces nouveaux éléments "comique(s)".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rétrospective de l'année Russie Vladimir Poutine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants