1 min de lecture Jihadisme

La Turquie va renvoyer les membres étrangers de Daesh dans leurs pays

Ankara veut renvoyer dès lundi les membres de Daesh emprisonnés en Turquie dans leurs pays d'origine.

Le drapeau de l'Etat Islamique, le 23 août 2013. (archives)
Le drapeau de l'Etat Islamique, le 23 août 2013. (archives) Crédit : - / YOUTUBE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La Turquie va renvoyer dès lundi 11 novembre les membres étrangers du groupe État islamique (EI) détenus dans les prisons turques, a annoncé ce vendredi 8 novembre le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu.

Si le politique n’a pas dévoilé les pays concernés par cette décision, le chef de l’État Recep Tayyip Erdogan avait soutenu que plus de 1.150 membres de Daesh étaient actuellement incarcérés dans les prisons turques.

Une décision qui ne peut pas étonner les pays européens, prévenus à plusieurs reprises par le président turc qu’il expulserait les ressortissants étrangers qui ont intégré Daesh en Syrie. Ces propos ont été confirmés par Süleyman Soylu qui avait signalé que la Turquie renverrait les combattants étrangers de l’EI dans leur pays, et ce même si ces derniers leur retiraient leur nationalité. 

Déploiement renforcé

La police turque a arrêté 17 ressortissants étrangers soupçonnés d’avoir des liens avec l’EI jeudi 7 novembre dans la capitale, a indiqué l’agence de presse étatique turque Anadolu. Depuis la mort du chef de l’organisation terroriste Abou Bakr al-Baghdadi lors d’un raid américain en Syrie fin octobre, la Turquie a redoublé d’efforts pour capturer des personnes suspectées d’être en lien avec le groupe jihadiste sur son territoire.

À lire aussi
Des jihadistes de l'État islamique, le 17 mars 2014. (illustration) jihadisme
Deux jihadistes toulousains partis combattre en Syrie voient leurs peines réduites

Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a transformé la Turquie en théâtre de nombreux attentats réalisés par l’EI. Ankara a rejoint en 2015 la coalition antijihadiste. Mais ces dernières semaines, les dirigeants sont accusés d’affaiblir la lutte contre les éléments dispersés de Daesh en organisant l’offensive contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) le 9 novembre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihadisme International Turquie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants