1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : un photographe montpelliérain raconte comment il a fui l'enfer de Kiev
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : un photographe montpelliérain raconte comment il a fui l'enfer de Kiev

TÉMOIGNAGE - Ce Français était en Ukraine plusieurs jours avant le début des bombardements. Il est parvenu à quitter "l’enfer de Kiev" avec sa femme et à revenir dans l’Union européenne via la Moldavie.

Les bombardements russes se sont intensifiés depuis jeudi.
Les bombardements russes se sont intensifiés depuis jeudi.
Crédit : Handout / UKRAINE EMERGENCY MINISTRY PRESS SERVICE / AFP
Guerre en Ukraine : un photographe montpelliérain raconte comment il a fui l'enfer de Kiev
00:02:40
Hugo Amelin - édité par Thibault Nadal

"Je ne pouvais pas laisser ma compagne toute seule, je suis parti en voiture il y a plusieurs jours alors que l’on sentait la tension monter", explique-t-il. Jeudi 24 février, jour du début de la guerre en Ukraine à 4h30 du matin, ce photographe français explique à RTL "avoir été réveillé par les bombardements". 

Le photographe Montpelliérain témoigne au micro de RTL sur ces derniers jours, entre angoisse et soulagement. "Tout a commencé quand on a entendu une grosse déflagration, toutes les vitres ont tremblé, toutes les alarmes de voitures se sont mise à sonner, j’ai vu des camions militaires passer dans la rue, raconte-t-il avant d'expliquer que sa femme Olga était "tétanisée, elle n’arrivait pas à bouger".

Cet homme, qui souhaite garder l'anonymat, raconte les heures qui ont suivi les bombardements à Kiev : "On a commencé à rouler dans Kiev, c’était la cohue, pare-chocs contre pare-chocs. Je voyais des files d’attente interminables devant les stations-service, les distributeurs, les pharmacies. Ce qui était déchirant c’était de voir tous ces enfants, toutes ces familles qui essayaient de fuir, mais pas seulement en voiture, ils partaient aussi à vélo, à pied, avec des valises. C’était l’exode", détaille-t-il. 

Depuis cinq jours, selon l'ONU, ce sont 500.000 Ukrainiens qui ont fui le pays pour se réfugier dans les pays voisins, comme la Pologne. 

Des scènes "déchirantes"

À lire aussi

Pour atteindre Vinnytsia, à seulement 280km de Kiev, le couple a mis onze heures. L'objectif du Français et de sa femme était initialement de prendre l'avion depuis cette ville ukrainienne, mais l'aéroport ayant été détruit, ils ont dû se résoudre à rejoindre la Moldavie. 

"À 20km de la frontière moldave, on est tombés sur un barrage routier. Des policiers contrôlaient les coffres des voitures pour voir si des hommes n’étaient pas cachés dedans", explique-t-il. Un moment difficile puisqu'il confie avoir vu des scènes "déchirantes". "Dans la voiture devant nous, il y avait une femme, son bébé et son mari. Lui a dû quitter la voiture et partir avec les policiers car tous les hommes sont mobilisables, elle a dû prendre le volant".

Après 36h de voyage, le couple a fini par passer la frontière. Désormais sur la route du retour vers la France, il veut aider les Ukrainiens. Il souhaite collecter des médicaments pour les civils et les militaires ukrainiens depuis Montpellier, sa ville d’origine, et Paris, pour ensuite les envoyer sur place grâce à un transporteur. 

Des femmes d’affaires Ukrainiennes promettent de l’aider pour les démarches douanières administratives. Il a lancé un appel sur son profil Facebook et via la messagerie Telegram.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/