1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : Tchernobyl, Zaporijia.. ces centrales nucléaires qui inquiètent
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : Tchernobyl, Zaporijia.. ces centrales nucléaires qui inquiètent

REPORTAGE - En Ukraine, beaucoup d'inquiétudes demeurent autour des centrales nucléaires. Tchernobyl bien sûr mais aussi Enerhodar, dans le Sud. La ville est aux mains des russes. RTL a pu rencontrer Anna, réfugiée à Zaporijia. Son père est l'un des responsables de la centrale.

Vue générale de la centrale nucléaire de Zaporijjia, située dans la zone sous contrôle russe d'Enerhodar, le 27 avril 2022.
Vue générale de la centrale nucléaire de Zaporijjia, située dans la zone sous contrôle russe d'Enerhodar, le 27 avril 2022.
Crédit : Ed JONES / AFP
TÉMOIGNAGE - Centrale de Zaporijia : "on ne sait pas ce qui peut se passer demain", s'inquiète Anna
00:01:21
Vincent Serrano & Thomas Pierre

Seul un bruit de tronçonneuse au loin aura réussi à décrocher du sol le regard d'Anna. Elle est assise sur un banc. Son genou droit n'arrête pas de remuer, inquiète pour l'avenir de son père, qu'elle sait en ce moment même dans la centrale de Zaporijia, à Enerhodar, occupée par les russes. 

"Je suis effrayée parce qu'on a bien vu qu'ils sont imprévisibles', dit-elle. "On ne sait pas ce qui peut se passer demain ou après-demain et on continue d'agir comme des idiots. Ils continuent de bombarder juste à côté de la centrale". Son père peut-il quitter la centrale ? "Si, mais ils doivent demander l'accord et laisser leur téléphone portable avant de partir". 

Pendant plusieurs semaines, elle n'a pu entendre la voix de son père que brièvement, quelques fois par téléphone. "Dès le premier coup de fil, j'ai compris qu'il avait interdiction de me parler de la centrale. Il me disait que tout allait bien, mais je sentais que ce n'est pas vrai".

Son genou droit arrête alors de remuer lorsqu'Alain, son mari, prend la parole. "Les Russes leur interdisent de prendre leur voiture pour venir à la station et ils interdisent d'utiliser une autre route. Donc tous les gens viennent dans les bus, donc il y a des tanks pour garder la tension. Ils sont dans la station, ils sont autour de la station, ils sont là-bas et ils sont partout".

"Mon père doit continuer à travailler sous occupation dans un endroit aussi dangereux, comme s'il avait un pistolet sur la tempe", dit Anna. Lors d'un bref échange téléphonique la semaine dernière, son père a eu le temps de lui dire ces quelques mots : "pars loin. Penses à ta vie !".

Tchernobyl, une radioactivité "dans la normale"

À écouter aussi

Un témoignage qui fait plus généralement écho aux inquiétudes planant actuellement sur les centrales nucléaires ukrainiennes. Mardi 26 avril, deux missiles russes ont ainsi touché
Zaporijjia, non loin justement de la plus grande centrale nucléaire du pays, faisant au moins un mort et un blessé. 

La situation est suivie de près par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Son patron Rafael Grossi, qui visitait Tchernobyl mardi pour le 36e anniversaire de la catastrophe nucléaire de 1986, a souligné que le niveau de radioactivité se situait "dans la normale", après avoir augmenté à certains moments pendant que les Russes l'occupaient, entre fin février et fin mars.

Le monde "au bord de la catastrophe" ?

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé mardi la Russie d'avoir placé le monde "au bord de la catastrophe" par son occupation, au début de son invasion de l'Ukraine, de la centrale de Tchernobyl. "Le monde était à nouveau au bord de la catastrophe, car pour l'armée russe, la zone et la centrale de Tchernobyl étaient comme un territoire normal pour la conduite des opérations militaires", a dit le président ukrainien.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/