1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : comment les résistants de Marioupol s’organisent dans les sous-sols de l'usine Azovstal
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : comment les résistants de Marioupol s’organisent dans les sous-sols de l'usine Azovstal

Le général Dominique Trinquand apporte des précisions sur les conditions de vie souterraines des derniers résistants présents dans l'usine d'Azovstal.

Marioupol, le 19 avril 2022
Marioupol, le 19 avril 2022
Crédit : Handout / Mariupol City Council / AFP
Guerre en Ukraine : comment les résistants de Marioupol s'organisent dans les sous-sols de l'usine Azovstal
00:03:28
- édité par La rédaction numérique de RTL

L'usine d'Azovstal est bombardée, pilonnée depuis des semaines. Depuis l'extérieur, il n'en reste que des ruines et pourtant, des civils et des militaires ukrainiens y ont trouvé refuge pendant deux mois, terrés dans les sous-sols du bâtiment.

À quoi ressemblent ces sous-sols ? Comment s'organise cette vie souterraine ? Le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU, a pu consulter des schémas du sous-sol de l'usine et apporte des précisions. "En dessous de l'usine, il y a des souterrains bétonnés (...) qui sont sur cinq ou six étages avec des portes hermétiques", détaille-t-il. "Vous avez des dortoirs, l'infirmerie, les endroits où on peut manger et les stocks qui sont prévus avec les réfrigérateurs pour pouvoir maintenir la nourriture en état", poursuit-il.

Une ville cachée sous terre

En ce qui concerne l'accès à l'eau potable, les soldats retranchés utilisent un système d'approvisionnement de la ville. Le bâtiment possédant des générateurs, l'usage en électricité est totalement autonomeL'usine d'Azovstal apparaît donc comme une mini-ville cachée sous terre. Mais au temps de l'URSS, "un bon nombre de villes était conçues comme celle-là", affirme le général Dominique Trinquand. Ces "villes" sont ensuite restées à l'abandon, une cellule se chargeant juste de vérifier quelques fois si tout fonctionnait correctement.

Le général Dominique Trinquand pense qu'en vue de la guerre, il n'est pas impossible que des stocks d'alimentation aient été mis en place en amont, afin de subvenir aux besoins de ceux qui viendraient s'y mettre à l'abri. Il pense que les soldats ukrainiens "sont là pour maintenir les soldats russes de façon à ce que ceux-ci n'aillent pas combattre ailleurs, en particulier dans le Donbass". Mais "un jour ou l'autre, cette usine tombera", conclut le général.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire