1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : Boris Johnson accuse la Russie de "crime de guerre"
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : Boris Johnson accuse la Russie de "crime de guerre"

Le Premier ministre britannique appelle également les pays membres de l'ONU, qui se réunissent ce mercredi 2 mars, à condamner l'action russe en Ukraine.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 22 novembre 2021 à Tyne, en Angleterre
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 22 novembre 2021 à Tyne, en Angleterre
Crédit : Owen Humphreys / POOL / AFP
Quentin Marchal & AFP

Les voix de la communauté internationale pour protester contre l'invasion russe en Ukraine se multiplient. Mercredi 1er mars, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accusé la Russie de s'être rendue coupable de "crime de guerre" en Ukraine en raison des armes utilisées contre des civils. Il appelle l'ONU à "exiger" un retrait russe.

"Ce que nous avons déjà vu de la part du régime de Vladimir Poutine concernant l'utilisation des munitions larguées sur des civils innocents, cela constitue déjà à mon avis un crime de guerre", a-t-il déclaré devant les députés britanniques, qui se sont levés pour une ovation à l'ambassadeur ukrainien Vadym Prystaïko, présent dans les galeries de la Chambre des Communes.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé lundi l'ouverture "aussi vite que possible" d'une enquête sur la situation en Ukraine, évoquant des "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité". Amnesty International a en particulier dénoncé l'utilisation de bombes à sous-munitions, interdites en 2010 par une convention internationale, estimant que cela devrait faire l'objet d'une enquête pour "crime de guerre".

De nouvelles sanctions économiques à venir ?

"Poutine a fait une grave erreur de calcul dans son odieuse attaque contre une nation souveraine", a déclaré Boris Johnson. "Il a sous-estimé l'extraordinaire force d'âme du peuple ukrainien ainsi que l'unité et la détermination du monde libre à s'opposer à sa barbarie", a-t-il ajouté.

À écouter aussi

Il a appelé les pays membres de l'ONU à condamner, lors du vote de l'Assemblée générale prévu mercredi, l'invasion russe de l'Ukraine et à "exiger que Poutine fasse rentrer ses tanks". "Si, au contraire, Poutine redouble d'efforts, nous continuerons à augmenter la pression économique", a-t-il averti.

Interpellé par l'opposition pour savoir pourquoi le Royaume-Uni ne sanctionnait pas le milliardaire Roman Abramovitch, propriétaire du club de foot de Chelsea, il a refusé de commenter un cas individuel mais assuré que Londres comptait "continuer de resserrer l'étau" sur le pouvoir russe.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant de