1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Gênes : l'Italie a dit adieu aux victimes du viaduc effondré
3 min de lecture

Gênes : l'Italie a dit adieu aux victimes du viaduc effondré

DIAPORAMA - L’Italie a observé une journée de deuil national ce samedi 18 août, après l'effondrement d'un pont à Gênes. Des proches des victimes estiment l'État coupable et ont refusé d'assister à la cérémonie officielle.

Les funérailles d'État des victimes ont débuté à 11h30 dans un hall du parc des expositions de Gênes.
Les funérailles d'État des victimes ont débuté à 11h30 dans un hall du parc des expositions de Gênes.
Crédit : ANDREA LEONI / AFP
L'Italie rend hommage aux victimes de l'effondrement du pont à Gênes
00:01:14
La rédaction numérique de RTL & AFP
Les funérailles d'État des victimes ont débuté à 11h30 dans un hall du parc des expositions de Gênes.
Les funérailles d'État des victimes ont débuté à 11h30 dans un hall du parc des expositions de Gênes.
Crédit : ANDREA LEONI / AFP
Les funérailles d'État des victimes ont débuté à 11h30 dans un hall du parc des expositions de Gênes.
Au total, 21 cercueils sont alignés dans le hall réquisitionné pour les funérailles.
Avant le début de la cérémonie, les familles endeuillées ont applaudi les secouristes présents
Vingt familles ont décidé de ne pas assister aux obsèques nationales.
Vivement critiqué, Sergio Mattarella a longuement salué les familles endeuillées.
Le président du parlement européen Antonio Tajani avec Matteo Salvini et Luigi Di Maio
Le président italien Sergio Mattarella est présent à la cérémonie.
La ministre en charge des Affaires européennes Nathalie Loiseau assiste aux funérailles d'État.
L'archevêque de Gênes, Angelo Bagnasco, a célébré la messe de funérailles.
La cérémonie a aussi été marquée par un temps de prière islamique pour deux Albanais musulmans, décédés dans la catastrophe.
Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini était présent, comme tous les plus hauts responsables de l'État.
Chacun entouré par une poignée de proches souvent en larmes, les cercueils étaient alignés sous d'énormes gerbes de fleurs.
Aux funérailles des victimes du pont Morandi à Gênes
Les funérailles d'État des victimes ont débuté à 11h30 dans un hall du parc des expositions de Gênes. Crédits : ANDREA LEONI / AFP
Au total, 21 cercueils sont alignés dans le hall réquisitionné pour les funérailles. Crédits : ANDREA LEONI / AFP
Avant le début de la cérémonie, les familles endeuillées ont applaudi les secouristes présents Crédits : PIERO CRUCIATTI / AFP
Vingt familles ont décidé de ne pas assister aux obsèques nationales. Crédits : PIERO CRUCIATTI / AFP
Vivement critiqué, Sergio Mattarella a longuement salué les familles endeuillées. Crédits : PIERO CRUCIATTI / AFP
Le président du parlement européen Antonio Tajani avec Matteo Salvini et Luigi Di Maio Crédits : Andrea LEONI / AFP
Le président italien Sergio Mattarella est présent à la cérémonie. Crédits : PIERO CRUCIATTI / AFP
La ministre en charge des Affaires européennes Nathalie Loiseau assiste aux funérailles d'État. Crédits : PIERO CRUCIATTI / AFP
L'archevêque de Gênes, Angelo Bagnasco, a célébré la messe de funérailles. Crédits : PIERO CRUCIATTI / AFP
La cérémonie a aussi été marquée par un temps de prière islamique pour deux Albanais musulmans, décédés dans la catastrophe. Crédits : Andrea LEONI / AFP
Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini était présent, comme tous les plus hauts responsables de l'État. Crédits : ANDREA LEONI / AFP
Chacun entouré par une poignée de proches souvent en larmes, les cercueils étaient alignés sous d'énormes gerbes de fleurs. Crédits : MARCO BERTORELLO / AFP
Aux funérailles des victimes du pont Morandi à Gênes Crédits : Piero CRUCIATTI / AFP
1/1

Quatre jours après l'effondrement du pont Morandi à Gênes, l'Italie a observé une journée de deuil national. Alors que le bilan de la catastrophe est monté à 40 morts confirmés et 3 autres probables, des funérailles solennelles ont eu lieu ce samedi 18 août, dans un hall du centre d'exposition de la ville. La cérémonie a débuté à 11h30 (9h30 GMT), tandis que sur le site du drame, des centaines de secouristes continuaient de se relayer à la recherche d'autres victimes

Durant toute la journée, les drapeaux sont en berne et l'éclairage de nombreux monuments, dont le Colisée à Rome, s'éteindra dans la soirée. Pour la reprise du championnat de football ce week-end, les joueurs observeront une minute de silence et porteront un brassard noir. Les matches des deux équipes de Gênes, la Sampdoria et le Genoa, ont en revanche été reportés. 

Des funérailles nationales controversées

Dans un immense hall du parc des expositions transformé en chapelle ardente, 18 cercueils ont été alignés dès vendredi, dont le petit tout blanc de Samuele, 8 ans, la plus jeune victime, fauché avec ses parents alors que la famille partait prendre un ferry pour des vacances en Sardaigne. Veillés par des proches souvent en larmes, les cercueils étaient couverts de fleurs, de messages et de photos

Le président italien Sergio Mattarella, les présidents des deux chambres du Parlement, la plupart des ministres ainsi que des représentants de gouvernements étrangers étaient présents, mais aussi, selon les médias, les principaux dirigeants d'Autostrade per l'Italia, la société gestionnaire de l'autoroute. 

À écouter aussi

Les familles d'une partie des victimes ont cependant choisi de ne pas participer à la cérémonie, certains préférant des funérailles plus intimes et dans leur ville, d'autres annonçant clairement un boycott. "Mon fils a été assassiné", a répété vendredi sur toutes les ondes le père de l'un des quatre jeunes de Torre del Greco, près de Naples, morts sur la route de leurs vacances, en pointant la responsabilité de l'État dans le drame

"On ne doit pas mourir de négligence, d'incurie, d'irresponsabilité, de superficialité, de bureaucratisme", a martelé l'archevêque de Naples, Crescenzio Sepe, dans son homélie lors des obsèques des quatre jeunes, célébrées vendredi comme pour d'autres victimes à travers l'Italie. À Gênes, l'archevêque Angelo Bagnasco, qui a célébré la messe de funérailles retransmise sur un écran géant, avait exprimé "tout son respect pour ceux qui ont refusé des funérailles d'État". 

Le gouvernement pointé du doigt

Face à l'émotion et à la colère, le gouvernement s'est livré à une surenchère dans l'indignation ces derniers jours, attaquant Autrostrade per l'Italia, la famille Benetton qui contrôle le groupe, l'incurie des gouvernements précédents - même si la Ligue a toujours été un allié au pouvoir de Silvio Berlusconi - et l'Union européenne. 

Vendredi, le ministère des Infrastructures a officiellement adressé un courrier à Autostrade en vue de révoquer la concession de la société sur le tronçon du pont. La société "aura la possibilité d'apporter des arguments contradictoires dans les 15 jours, même si le désastre est un fait objectif et incontestable et que la charge de l'empêcher revenait au concessionnaire, sur lequel pèsent les obligations de maintenance et d'entretien", a annoncé le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, vendredi soir sur Facebook. 

Après la cérémonie, les responsables du gouvernement vont participer à une réunion à la préfecture sur les mesures nécessaires pour la ville coupée en deux. Le nord de l'Italie se prépare aussi à un premier week-end de retour de vacances compliqué par la fermeture de cet axe majeur entre la France et l'Italie

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct