2 min de lecture Floride

Un homme risque l'expulsion parce qu'il n'a pas tondu sa pelouse

Jim Ficken doit à la municipalité de sa ville le paiement d'une amende de 30.000 dollars, et risque de se faire expulser, parce qu'il n'a pas tondu sa pelouse pendant deux mois.

>
Un homme risque l'expulsion parce qu'il n'a pas tondu sa pelouse Crédit Image : Youtube @Institute for Justice | Crédit Média : RTL | Date :
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et Philippe Corbé

C'est un scénario cauchemardesque que vit Jim Ficken, un Américain qui vit en Floride. En 2015, alors que sa mère, qui habite en Caroline du Sud, tombe malade, ce retraité de 69 ans décide de se rendre régulièrement à son chevet pour prendre soin d'elle. Pendant ses absences, sa maison, dont il est le propriétaire dans la petite ville de Dunedin (à l'ouest de Tampa) reste inoccupée, et la pelouse se met à pousser

Il découvre alors que la municipalité de la ville, dans laquelle les pelouses de plus de 25 centimètres sont interdites, lui envoie des rappels à la loi pour sa pelouse non tondue. Pour éviter de rencontrer à nouveau ce problème, il décide d'employer son voisin pour tondre la pelouse régulièrement lorsqu'il s'absente, précise le Washington Post

Un compromis qui a fonctionné jusqu'en 2018, quand il s'est rendu compte que son ami ne répondait plus au téléphone.

Accumulation de mauvaises surprises

Au cours de l'été 2018, alors qu'il est auprès de sa mère, celle-ci décède. Il se voit alors obligé de prolonger de deux mois son séjour en Caroline du Sud pour s'occuper de ses affaires. Ce n'est qu'à son retour qu'il découvre que son voisin est mort et que la pelouse avait poussé comme dans une prairie.

À lire aussi
Joe Biden
Les infos de 18h - Aux États-Unis, des bières gratuites pour relancer la campagne de vaccination

Et comble de la malchance, sa tondeuse est en panne. Jim Ficken, qui survit uniquement grâce à l'aide alimentaire, ne peut malheureusement pas s'en racheter une autre. Sauf que, ce qu'il ignorait, c'est que la municipalité lui mettait une amende de 500 dollars par jour. Des amendes que la ville a omis de notifier au principal concerné, considéré comme "récidiviste".

Au total, l'Américain doit aujourd'hui plus de 30.000 dollars à la mairie de sa ville. Et cette dernière a précisé que, s'il ne payait pas son amende, Jim Ficken serait expulsé de son logement.

Il a saisi la justice

Le propriétaire n'a donc pas eu d'autre choix que de saisir la justice. Pour les avocats de l'Institut de la Justice, une organisation mondiale spécialisée sur les libertés individuelles et les droits de propriété, la situation de Jim Ficken est un cas typique d'une municipalité trop zélée qui valorise la rentabilité au lieu de l'équité. La ville délivrait les amendes sans avoir analysé la situation financière catastrophique dans laquelle ce citoyen se trouvait.

Selon les avocats, la ville viole également l'interdiction des amendes excessives : les amendes, ainsi que le risque de Jim Ficken de perdre sa maison, sont des condamnations trop importantes par rapport à l'infraction. "Perdre sa maison parce que vous avez laissé pousser votre pelouse trop longtemps par inadvertance, voilà la définition d'une amende excessive", explique l'avocat Ari Bargil dans un communiqué.

De son côté, la municipalité a démenti vouloir se faire de l'argent sur le dos des citoyens, en expliquant que le cas de Jim Ficken était particulier parce qu'il est récidiviste. C'est ce qu'a déclaré la maire de la ville, Julie Ward Bujalski, lors d'un entretien avec le Tampa Bay Times

Aujourd'hui, Jim Ficken est en attente de son procès. Et il compte bien défendre ses droits, armé de la flopée d'avocats de l'Institut pour la Justice.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Floride Société Propriétaires
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants