2 min de lecture Victimes

Félicien Kabuga, l'un des cerveaux du génocide rwandais, arrêté en France

Félicien Kabuga, considéré comme l'un des cerveaux du génocide rwandais, a été arrêté à Asnières-sur-Seine, en région parisienne. Il doit être présenté au parquet de Nanterre en vue de son incarcération.

Des ossements exposés au mémorial du génocide rwandais à Nyamata, le 4 avril 2014
Des ossements exposés au mémorial du génocide rwandais à Nyamata, le 4 avril 2014 Crédit : AFP / SIMON MAINA
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Une arrestation qui fait honneur à la mémoire des victimes du massacre le plus rapide de l'histoire. De fait : entre le 7 avril et le 7 juillet 1994, plus de 800.000 personnes ont été tuées par les milices Hutu, en grande majorité des Tutsi. Félicien Kabuga, considéré comme l'un des principaux cerveaux du génocide, a été arrêté à Asnières-sur-Seine, en région parisienne.

La justice internationale le considérait comme l'un des fugitifs les plus recherchés au monde. Cet homme âgé aujourd'hui de 84 ans est accusé d’avoir créé les milices Interahamwe, principaux bras armés du gouvernement Hutu. Il a par ailleurs importé un nombre impressionnant de machettes, ces armes massivement utilisées contre les Tutsi.

Il présidait également la sordide Radio télévision libre des mille-collines (RTLM), celle qui diffusait en boucle des appels aux meurtres des Tutsi dans tout le pays. Félicien Kabuga était aussi en charge du Fonds de défense nationale (FDN) destiné à "financer la logistique et les armes des miliciens hutus Interahamwe", rapporte Ouest-France.

Le fait qu’il soit arrêté en France est un pas significatif

Jean-Pierre Dusingizemungu, président de l’association Ibuka
Partager la citation

Visé par un mandat d’arrêt du Mécanisme international, la structure chargée d’achever les travaux du Tribunal international pour le Rwanda (TPIR), Félicien Kabuga s'était réfugié en Suisse en 1994 avant d'être expulsé. Il avait ensuite échappé à plusieurs reprises à la justice internationale. 

À lire aussi
justice
Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy "est innocent", selon Valérie Pécresse

"Le gouvernement français a soutenu les génocidaires et les a aidés à fuir et à échapper à la justice. Alors le fait qu’il soit arrêté en France est un pas significatif", a estimé Jean-Pierre Dusingizemungu, président de l’association Ibuka ("Souviens-toi" en langue rwandaise). Une arrestation qui prouve que "les responsables de génocide peuvent être contraints de rendre des comptes, même vingt-six ans après leurs crimes", estime le procureur du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), Serge Brammert. 

Félicien Kabuga doit désormais être rapidement présenté au parquet de Nanterre en vue de son incarcération puis au parquet général de Paris dans les prochains jours, explique Europe 1. Mais pour Jean-Pierre Dusingizemungu, Félicien Kabuga devrait être "extradé et jugé au Rwanda où il a commis ses crimes" pour faire honneur à la mémoire des victimes

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Victimes Massacre France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants