1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : pourquoi le 14 décembre restera dans les mémoires
3 min de lecture

États-Unis : pourquoi le 14 décembre restera dans les mémoires

D'un côté, les chiffres inquiétants d'une épidémie qui n'en finit pas, de l'autre, les premières vaccinations qui redonnent espoir et enfin, le collège électoral qui confirme la victoire de Joe Biden... Ce 14 décembre restera gravé dans les mémoires.

Joe Biden sera investi président des États-Unis le 20 janvier
Joe Biden sera investi président des États-Unis le 20 janvier
Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
États-Unis : pourquoi le 14 décembre restera dans les mémoires
04:17
Lionel Gendron - édité par Marie Gingault

La journée du 14 décembre 2020, les Américains vont s’en souvenir. Un concentré de cette année si particulière. Pour le coronavirus avec des statistiques affolantes, mais une journée porteuse d’espoir, une élection présidentielle validée par les grands électeurs, mais toujours contestée, ce qui est une première à ce niveau. 

Un véritable ascenseur émotionnel avec tout d’abord ce nombre cauchemardesque : 300.000. C'est le nombre de décès liés à la Covid-19. On savait que ce cap serait franchi, mais au moment où ça arrive, ça a un impact psychologique. Et encore, c’est sans doute sous-estimé en raison du peu de tests au début de l’épidémie.

La première puissance mondiale enregistre des chiffres hallucinants : 200.000 nouveaux cas par jour, 2.500 à 3.000 morts quotidiennement. En moyenne, 1 mort toutes les 36 secondes en moment. Alors, donner ces chiffres, ces statistiques, est-ce que ça a un intérêt ? Je ne sais pas. Ce qui en a, ce sont les dernières projections des scientifiques. On pourrait atteindre 450.000 morts dès début février. Du coup, le maire de New York n’exclut pas un retour au confinement généralisé et strict dans les prochains jours.

Début des première vaccinations

En outre, le pays connaît également une belle lueur d’espoir avec les premières vaccinations qui ont débuté. La piqure la plus médiatique de l’histoire américaine a eu lieu vers 9 heures ce matin. Sandra Lindsay, infirmière à New York, s'est fait vacciner devant toutes les télévisions du pays.

À écouter aussi

C’est vrai que ça fait quelque chose de voir que la campagne de vaccination débute. Beaucoup auront sans doute le même sentiment en France dans quelques jours. Même si on sait qu’il va y voir des mois difficiles, même si on est loin d’être prioritaire, ça fait quand même du bien, on a eu une petite bouffée de soulagement en voyant ces piqures. 

D’ailleurs, toute la journée, les chaines de télévision ont montré ces images de personnels soignants se faisant vacciner. J’imagine que même ceux qui détestent voir des piqures n’étaient pas mécontents aujourd’hui.

La victoire de Biden confirmée par les grands électeurs

La journée du 14 décembre était également importante car c’était une étape essentielle pour l’autre actualité qui a occupé les Américains ces derniers mois, à savoir l’élection présidentielle. Un éditorialiste parlait tout à l’heure de D-Day pour qualifier ce jour : l’arrivée du vaccin et la confirmation que la démocratie fonctionne bien.

La participation pour une élection américaine n’a jamais été aussi importante : 81 millions de voix pour Biden contre 74 millions pour Trump. Et les grands électeurs ont confirmé les résultats : 306 votes contre 232. D’habitude on ne voit pas les grands électeurs voter : en plus, il ne se passe pas grand-chose. Ils étaient 3 dans certains États et on les voit signer une feuille.

Mais avec le climat de suspicion actuel, les États ont préféré que ce soit télévisé pour ne pas alimenter les théories du complot. Logiquement, tout n’est que formalité à présent, mais Donald Trump n’abandonne toujours pas. Son fidèle conseiller, Stephen Miller dit que la seule date qui compte c’est le 6 janvier. C’est-à-dire, le moment où le Sénat et la Chambre des représentants, réunis en Congrès vont valider le vote des grands électeurs. Stephen Miller prévient : d’ici là, ils vont se battre.

Ils ne vont plus être nombreux. Le ministre de la Justice, qui était un fidèle parmi les fidèles quitte le navire. Il démissionne, mais Donald Trump lui a sans doute demandé de partir. William Barr avait déclaré qu’il n’y avait pas de traces de fraudes massives. Des propos inacceptables pour Donald Trump.

Voilà. Des chiffres de mortalité terrible, l’arrivée du vaccin, un scrutin validé, mais toujours contesté par un Donald Trump enfermé dans sa logique et qui sanctionne à la moindre critique : aux États-Unis, ce 14 décembre était un concentré de 2020.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/