2 min de lecture Donald Trump

États-Unis : non, Obama, Clinton et Hollywood ne complotent pas contre Donald Trump

FACT CHECKING - QAnon, une organisation de plus en plus influente aux États-Unis, affirme que Donald Trump serait la proie d'un complot d'Obama, Clinton et des stars de Hollywood, jouant sur les poncifs du genre : satanisme et scandales sexuels fictifs.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
États-Unis : non, Obama, Clinton et Hollywood ne complotent pas contre Donald Trump Crédit Image : Octavio Jones / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Benoît Collet

QAnon est une étrange association complotiste qui soutient Trump dans sa campagne présidentielle. Elle devrait beaucoup faire parler d'elle jusqu'au scrutin de novembre. Ses militants sont légions. On les reconnait car ils agitent des pancartes, s’habillent de t-shirt et déclinent à volonté la lettre Q comme QAnon.


Ce qui réunit ces gens, c’est une théorie folle et délirante. Il y aurait un complot contre Donald Trump. Une conspiration impliquant Barack Obama, Hillary Clinton et des stars d’Hollywood. Tous tremperaient dans des scandales sexuels sordides, seraient adorateurs de Satan et un peu cannibales sur les bords. Ils dirigeraient le pays depuis une dizaine d’années et un seul homme serait capable de couper la tête de l’hydre menaçant la bannière étoilée : Donald Trump.

Du délire ? Un jeu ? Une farce ? Ce serait amusant mais c’est loin d’être drôle puisque le FBI vient de placer QAnon parmi les organisations représentant une menace terroriste pour les États-Unis.

Entrisme politique

Le président américain a été interrogé sur ce sujet en conférence de presse le 19 août dernier : "Je ne sais pas grand-chose sur ce mouvement à part que je comprends qu'ils m'aiment beaucoup, ce que j'apprécie", a-t-il commenté, entretenant l’ambiguïté.

À lire aussi
Donald Trump à la Maison Blanche en mars 2020 Présidentielle américaine
Trump hué à Washington : coup de com' ou vision biaisée de l'opinion américaine ?

On ne connaît pas le nombre d’adhérents à QAnon, mais certains chiffres sont assez affolants. Récemment Facebook a réalisé une enquête interne pour connaître l’influence de QAnon sur son réseau. Ils ont découvert des milliers de groupes sur le sujet.

Le coronavirus, accélérateur du mouvement

En 2017, cette théorie, issue d’un forum d’extrême droite américain, s’est propagée comme un feu dans la prairie numérique. Si QAnon a réussi a devenir aussi populaire, c'est en agrégeant diverses théories du complot. Au pic de la pandémie mondiale en mars et avril dernier, les pages et groupes Facebook liés à la mouvance ont grossi de 651%, et ont été à la pointe du mouvement anti-masques par exemple. 

Leur influence est grandissante. Par exemple, MicKael Flynn, ancien conseiller à la Défense de Donald Trump a prêté serment à QAnon sur Twitter. En novembre prochain il y a de grandes chances qu’un candidat QAnon soit élu dans l’État de Géorgie pour le Congrès et de nombreux élus républicains commencent à trouver pénible l’entrisme de QAnon dans leur formation politique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Donald Trump États-Unis Complot
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants