2 min de lecture États-Unis

États-Unis : mourant, un ancien soldat noir se bat pour être réhabilité

Needham Mayes, 85 ans, est hospitalisé et sait sa fin proche. Chassé de l'armée pour cause d'indignité après une bagarre en 1955, il clame son innocence et veut être réhabilité avant de mourir.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : un soldat vétéran noir à l'agonie se bat pour être réhabilité Crédit Image : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Paul Turban

Un ancien militaire veut laver son honneur avant de mourir. À 85 ans, Needham Mayes est sourd, ne peut plus manger et sait que sa fin est proche, que son lit dans un hôpital de Brooklyn pourrait bien être son lit de mort. Mais avant de s’éteindre, il tient plus que tout à rétablir la vérité, et à retrouver la dignité qui lui a été arrachée l’été 1955, alors qu’il était un jeune parachutiste noir, dans une base de Caroline du Nord.

Il était l’un des premiers militaires noirs de cette base du sud des États-Unis, où la ségrégation était encore en vigueur. Il est entré dans une pièce qui lui était interdite d'accès, non pas à cause de sa couleur de peau, mais à cause de son grade. Une discussion animée s’est engagée avec un sergent blanc, puis une bagarre, et dans le chaos, un coup de feu est parti. Le sergent a été blessé, à terre, et Needham a été arrêté. 

Jugé en cour martiale, il a clamé son innocence, en vain. Il a été chassé de l’armée pour cause d’indignité. Il est alors rentré chez lui, dans l’un des quartiers les plus pauvres de Brooklyn. Évidemment, il ne touchait pas de pension militaire, à cause de son exclusion pour indignité. Alcool, dépression, et finalement, bien plus tard, il a repris des études. 

Un combat pour son honneur

Mais Needham Mayes n’a pas pu être couvert par l’assurance santé des vétérans. Les postes et les avantages réservés aux vétérans lui ont été refusés. Mais pour lui, cela est moins important que son honneur. Il y a 3 ans, alors que sa santé déclinait, il a pris contact avec un avocat, pour essayer d’obtenir une réhabilitation. 

À lire aussi
Donald Trump rendant visite aux soldats américains postés en Afghanistan le 28 novembre 2019 États-Unis
États-Unis : 4.000 militaires pourraient être retirés d'Afghanistan

Il a fallu pour cela mener une enquête, comprendre à qui appartenait cette arme et comment le coup est parti, avec des lettres d’amis, de connaissances, de militaires, y compris de l’homme qui a été blessé ce jour-là. Ses soutiens ont parlé à des journalistes, en espérant faire avancer ce dossier, car il faut aller vite. Ce que veut plus que tout Needham Mayes, c’est laver son honneur, et pouvoir être enterré dans un cimetière militaire.

Les homosexuels aussi concernés

Et ce n’est pas un cas isolé. Beaucoup de cas, avec une large proportion de Noirs, ont été jugés en court martiale, dans les années 1950 et 1960. Peu d’entre eux ont demandé une réhabilitation. 

Des homosexuels sont aussi concernés, car l'armée leur était interdite jusqu’à la présidence Clinton et jusqu’à la présidence Obama, les homosexuels devaient se taire et cacher leur vie s’ils voulaient servir. Beaucoup ont été chassés de façon injuste, et comme Needham ont perdu les avantages auxquels ils avaient pourtant droit. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Armée Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants