1 min de lecture Présidentielle américaine

États-Unis : les Rolling Stones menacent Trump d'action en justice s'il utilise un de leurs hits

Le groupe de rock anglais veut prévenir tout futur usage de sa musique lors de la campagne de réélection du président républicain.

Mick Jagger, sur la scène du Vélodrome de Marseille, le 26 juin 2018
Mick Jagger, sur la scène du Vélodrome de Marseille, le 26 juin 2018 Crédit : Boris Horvat / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

"Tu ne peux pas toujours avoir ce que tu veux". Le groupe de rock les Rolling Stones menace Donald Trump de le poursuivre en justice si le président américain continue d'utiliser une de leurs chansons phares, You Can't Always Get What You Want lors d'événements de sa campagne. 

Les stars britanniques sont en lien avec l'organisme américain de protection des droits musicaux, BMI, qui a prévenu que tout futur usage d'une oeuvre des Rolling Stones lors de la campagne de Donald Trump violerait son accord de licence avec l'organisation.

"La BMI a informé l'équipe de campagne de Trump au nom des Stones que l'utilisation non autorisée de leurs chansons constituerait une violation de son accord de licence", indique le site d'information Deadline, basé à Hollywood. L'article de Deadline a été retweeté par le compte Twitter officiel du légendaire groupe de rock.

"Si Donald Trump n'en tient pas compte et persiste, il serait alors poursuivi en justice pour avoir brisé l'embargo et avoir joué de la musique non autorisée", est-il souligné dans ce communiqué.

À lire aussi
Joe Biden, en campagne en Pennsylvanie, un des "swing states" États-Unis
Présidentielle américaine : qu'est-ce qu'un "swing state", primordial aux candidats ?

Plusieurs artistes se sont opposés à l'utilisation de leur musique par Donald Trump. Le groupe de rock Queen s'était insurgé contre l'utilisation d'une des chansons les plus connues du répertoire rock We Are the Champions lors d'une apparition sur scène de Donald Trump à la convention républicaine en 2016.

Le groupe avait expliqué sur Twitter que leur tube avait été utilisé "contre leur volonté".
Adele, R.E.M, Neil Young... De nombreux artistes ou leurs héritiers ont eux aussi dénoncé l'usage de leurs œuvres pendant les rassemblements républicains.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine États-Unis Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants