1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : le nom du prochain maire de New York se joue lors de la primaire démocrate
3 min de lecture

États-Unis : le nom du prochain maire de New York se joue lors de la primaire démocrate

La ville de New York changera de maire en novembre prochain, mais dans les faits, c’est ce mardi 22 juin que le nouvel édile va être désigné.

Photo de New York depuis l’observatoire du 86e étage de l’Empire State Building le 3 avril 2021. (Illustration)
Photo de New York depuis l’observatoire du 86e étage de l’Empire State Building le 3 avril 2021. (Illustration)
Crédit : ANGELA WEISS / AFP
États-Unis : qui sera le prochain maire de New York ?
04:15
Lionel Gendron
Journaliste

Les Américains ont l’habitude de qualifier ce poste comme étant le deuxième plus compliqué du pays, après celui de président des États-Unis. C'est le poste de maire de New York. 
New York va changer d'édile au mois de novembre. Mais dans les faits c’est ce mardi 22 juin qu’il va être désigné. 

C'est aujourd’hui, mardi 22 juin, qu'ont lieu les primaires pour les partis démocrates et républicains. Mais comme il n’y a presque aucune chance pour que le candidat républicain l’emporte, tous les regards se portent sur la primaire démocrate où la bataille est féroce. 

Eric Adams est présenté comme favori. Il a 60 ans, c’est un ancien policier noir, actuellement président de l’arrondissement de Brooklyn. Il y a 5 arrondissements à New York : Manhattan, Brooklyn, le Bronx, le Queens et Staten Island. Eric Adams est l’un des favoris car la sécurité est une préoccupation majeure. Il y a eu près de 730 victimes par armes à feu l'année dernière et ce chiffre est en constante augmentation. Eric Adams a une histoire. C’est un produit de la méritocratie : son père est boucher et sa mère femme de ménage. Sa vocation il l’a eue à l‘âge de 15 ans car il a été arrêté avec son frère après une tentative de cambriolage. Il dit avoir été battu par les policiers. Depuis, son objectif a été d’intégrer la police pour la réformer. 

Il est difficile de désigner un favori avec le "vote préférentiel"

Désigner un favori avec le nouveau mode de scrutin dit "vote préférentiel" est compliqué.
Avec le "vote préférentiel", il est possible de voter pour plusieurs candidats (jusqu’à 5) par ordre de préférence. S’il y a un candidat à plus de 50 % des voix, c’est plié. 
Mais ils sont 13 donc il y a peu de chances qu’il y ait une majorité absolue. 

À lire aussi

Dans ce cas, celui qui est classé dernier est éliminé, et toutes ses voix sont attribuées à un autre candidat. En l’occurrence, celui que ses électeurs ont placé en deuxième position. 
Si après ça, quelqu’un arrive à 50%, c’est fini. Sinon on recommence en éliminant le dernier etc.. Donc ça incite à nouer des alliances.

Par exemple Andrew Yang, un riche homme d’affaires qui s’est présenté à la primaire démocrate pour l’élection présidentielle. Il est présenté comme favori et est plutôt outsider. 
Il a appelé ses électeurs à voter en numéro 2 Kathryn Garcia, membre de l’actuel équipe municipale et autre outsider. Mais il y a eu un petit malaise puisqu’elle n’a pas rendu la politesse. En tout cas, on pourrait, avec ce mode de scrutin, attendre des semaines pour connaître le ou la vainqueur. 

Le vainqueur de la primaire démocrate sera le prochain maire de New York ?

Si on regarde la sociologie électorale, il n’y a pas match. En novembre dernier, 75% des New-yorkais ont voté pour Joe Biden. Il n’y a qu’à Staten Island où on vote plutôt conservateur. À Manhattan, l’actuel président a recueilli 86% des votes. 

Ici, dès que vous allumez la télévision, vous avez toujours un clip de campagne d’un candidat démocrate, mais les candidats républicains sont invisibles. D’ailleurs, il y en a que deux : Fernando Maeto et Curtis Sliwa. Mais attention, tout peut changer très vite. Avant Bill de Blasio le maire actuel, c’était Michael Bloomberg qui était indépendant tendance républicain avant de devenir indépendant plutôt démocrate. Et avant Bloomberg c’était Rudolf Giuliani, qui était clairement républicain. Depuis il est devenu l’avocat controversé de Donald Trump. Giuliani avait été élu pour régler l’insécurité devenu insupportable à New York. Les démocrates savent qu’ils sont attendus sur ce dossier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/