3 min de lecture Racisme

États-Unis : entre noirs et blancs, "les différences de richesse se sont accrues", dit Lenglet

ÉDITO - Pour François Lenglet, les noirs aux États-Unis sont les derniers à profiter de la croissance et les premiers à être licenciés en temps de récession.

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Racisme : aux États-Unis, "les différences de richesse se sont accrues", dit Lenglet Crédit Image : Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Chloé Richard-Le Bris

Les villes américaines ont connu une nouvelle nuit de manifestations. À l'origine de ce mouvement, il y a bien sûr la mort d'un noir américain, George Floyd, tué lors d'une interpellation policière, mais aussi des facteurs très pesants, et en particulier le prix particulièrement lourd que les noirs ont payé pour l'épidémie. Double prix en réalité.

Sur le plan proprement sanitaire, ils constituent 12,5% de la population des États-Unis, et représentent 22,4% des décès. Parce que ce qu'on appelle la comorbidité, c'est-à-dire les maladies chroniques qui rendent le virus plus dangereux, est bien plus importante chez eux. L'hypertension par exemple, les frappe à 40%, contre 28% chez les blancs. L'obésité, à 50% contre 42% chez les blancs. Leur couverture médicale est aussi moins bonne.
 
Mais ça n'est pas la cause des émeutes... Ça n'est qu'un des éléments. À cela s'ajoute le prix économique de l'épidémie, très mal réparti lui aussi. Il y avait en fait trois catégories différentes de salariés pendant le confinement. D'abord, ceux qui étaient en télétravail. Ensuite, ceux qui ont continué à travailler par nécessité, au prix du risque de contamination, et enfin, ceux qui ont été licenciés, le chômage ayant progressé de plusieurs dizaines de millions de personnes en deux mois.

En temps de récession, les noirs sont les premiers licenciés

Les noirs étaient pour une forte majorité dans les deux dernières catégories, alors que les blancs étaient les plus importants et de loin dans la première, la plus confortable. Les noirs américains, alors qu'ils ne comptent que pour 11,9% des actifs, pèsent pour 26% des employés des transports, 18% des salariés de la logistique, et 19% des travailleurs sociaux qui ont été mobilisés pendant l'épidémie.

 
Et côté chômage, ça n'est pas nouveau, les noirs sont toujours ce qu'on appelle les lifo, last in first out. Autrement dit, lorsque la croissance est là, ce sont les derniers à profiter de l'embellie, et lorsque la récession pointe, les premiers à être licenciés. Le taux de chômage des blancs est ainsi, après le confinement, de 14,2%, alors que celui des noirs de près de 17%. Les plus exposées sont les femmes noires, qui sont la catégorie qui, aux États-Unis, travaille le plus. Parce qu'elles sont nombreuses à vivre en ménage monoparental, élevant seules leurs enfants, bien plus que les blanches, qui vivent davantage en couple.

Les différences de richesse se sont accrues

À lire aussi
Une statue de Christophe Colomb à Colombus (Ohio) le 27 juin 2020 (illustration) racisme
VIDÉO - États-Unis : une statue de Christophe Colomb déboulonnée à Baltimore

Au fil du temps, ces inégalités ne se sont absolument pas réduites. Sur ce chapitre, la présidence de Barack Obama n'a rien changé, au-delà du symbole. Pire, les différences de richesse moyennes se sont en réalité accrues. Depuis 1990, le patrimoine moyen des noirs n'a quasiment pas évolué, oscillant autour de 200.000 dollars, alors que celui des blancs est passé de 500.000 à 1.100.000 dollars sur la même période, il a plus que doublé.


Écart encore sur le salaire moyen, 21 dollars de l'heure pour un noir, près de 29 pour un blanc. Une différence qui s'explique notamment par la différence de formation, les non qualifiés pesant pour 14,7% des noirs contre seulement 8,3% pour les blancs. Mais même à qualification identique, il subsiste une prime importante pour les blancs. Le taux de pauvreté chez les noirs est donc de 20,7%, alors qu'il n'est que de 8,1% chez les blancs. L'épargne moyenne, 49.500 dollars chez les blancs, 8.700 chez les noirs. La fracture raciale se mesure de façon brutale dans les chiffres de l'économie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme États-Unis François Lenglet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants