2 min de lecture Luxe

États-Unis : de nombreux membres fuient Mar-a-Lago depuis l'arrivée de Donald Trump

De nombreux membres ont quitté depuis plusieurs jours le club de luxe Mar-a-Lago à Palm Beach, appartenant à Donald Trump. Plusieurs raisons expliquent cet exode.

Le club Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride (illustration).
Le club Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride (illustration). Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

La résidence de Mar-a-Lago, située à Palm Beach, en Floride, connaît des déboires. Ce club privé luxueux et "très sélect", appartenant à Donald Trump, a été déserté par de nombreux membres depuis quelques jours, rapporte le journaliste américain Laurence Leamer, auteur d’un livre sur les lieux, à la chaîne de télévision américaine MSNBC. 58 chambres, 33 salles de bain, 2 piscines, 5 courts de tennis et un golf... Pourtant les installations de ce site font rêver. Plusieurs raisons expliquent cet exode.

Le retour sur place de l'ancien dirigeant a mis à mal un atout précieux pour les adeptes du club "huppé" : la discrétion. De fait, Donald Trump s'est réinstallé à Mar-a-Lago depuis l'investiture de son successeur Joe Biden, le 20 janvier dernier, provoquant un afflux de partisans au passage du cortège qui l'amenait de l'aéroport à Mar-a-Lago.

Les partisans saluent le président sortant Donald Trump alors qu'il retourne en Floride à Mar-a-Lago, Palm Beach, le 20 janvier 2021.
Les partisans saluent le président sortant Donald Trump alors qu'il retourne en Floride à Mar-a-Lago, Palm Beach, le 20 janvier 2021. Crédit : Michael Reaves / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Par ailleurs, le milliardaire s'est souvent rendu au club pendant son mandat : il y a même reçu l'ancien premier ministre japonais Shinzo Abe. De quoi donner "un certain prestige" au lieu, précise la chaîne CNN. Puis le départ de Donald Trump de la Maison Blanche aurait fait perdre de l'intérêt au site. Et pour couronner le tout, certains membres seraient déçus de la qualité des services offerts sur place.

Enfin, la perte de popularité de Donald Trump a également joué un rôle important pour certains adeptes du club, détaille le magasine Business Insider : "Des membres ne veulent rien avoir à faire avec Donald Trump. Beaucoup d'entre eux n'y vont pas très souvent parce que c'est un endroit très décourageant. C'est un endroit triste où traîne Donald Trump. Ce n'est plus ce que c'était. Ils s'éloignent de lui. Même ici, les gens ne l'aiment pas", déclare Laurence Leamer sur la chaîne MSNBC

Donald Trump à Mar-a-Lago, le 24 décembre 2019.
Donald Trump à Mar-a-Lago, le 24 décembre 2019. Crédit : Nicholas Kamm / AFP

Trump a-t-il le droit de vivre dans cette résidence ?

À lire aussi
Maison blanche
États-Unis : Donald Trump reviendrait au pouvoir ce jeudi, selon une thèse conspirationniste

Un exode qui pourrait coûter cher à Donald Trump. Plusieurs membres sont allés jusqu'à payer 164.000 euros pour avoir le droit d'accéder au club (qui comptait 500 inscrits en 2017) à l'époque où il présidait encore la première puissance mondiale. De plus, les charges annuelles sont colossales pour entretenir la luxueuse propriété. 

Enfin, des questions juridiques viennent s'ajouter à la polémique. Les voisins ont d'ores et déjà engagé des poursuites judiciaires pour tenter "d'empêcher son établissement permanent". Ces derniers ont envoyé une lettre secrète aux autorités de Palm Beach et aux Secret Service américain : ils expliquent que Donald Trump n'a aucun droit légal de vivre à Mar-a-Lago à plein temps.

Le club Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride (illustration).
Le club Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride (illustration). Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Selon un accord conclu entre la municipalité et l'homme d'affaires en 1993, les membres du club ne peuvent pas passer plus de 21 jours par an dans la propriété. Donald Trump, propriétaire des lieux, est-il aussi soumis à ces règles ? D'après le Washington Post, les autorités devraient l'informer qu'il n'a pas l'autorisation de résider de façon permanente à Mar-a-Lago. Objectif : éviter une "situation embarrassante" qui aboutirait à son expulsion.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Luxe États-Unis Floride
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants