1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Espagne : pourquoi des photographes exigent-ils un centre national de l'image ?
1 min de lecture

Espagne : pourquoi des photographes exigent-ils un centre national de l'image ?

VU DANS LA PRESSE - L'Espagne est l'un des rares pays d'Europe à ne pas disposer d'un centre national de la photographie. Des photographes estiment qu'il s'agit d'un enjeu de mémoire pour le pays.

Un photographe (illustration)
Un photographe (illustration)
Crédit : StockSnap / Creative Commons
Coline Daclin

Les photographes espagnols se mobilisent. Le 24 mai dernier, un collectif a lancé la "Plateforme pour un centre de la photographie et de l'image" en Espagne. Objectif : pousser le gouvernement à créer un centre national de photographie, afin de conserver et diffuser les archives photographiques du pays. 

De nombreux éminents photographes ont rejoint le mouvement, comme Ramón Masats, Isabel Muñoz, Alberto García-Alix ou Cristina García Rodero, qui ont pour point commun d'avoir tous reçu le prix national de la photographie. Ils dénoncent le fait que l'Espagne soit l'un des rares pays de l'Union européenne à ne pas disposer d'un tel centre, rapporte The Guardian

Si ce centre leur tient tant à cœur, c'est en raison du risque de perdre des archives précieuses. En effet, la conservation des photographies, qui représentent une partie de l'histoire du pays, repose uniquement sur les photographes, les galeries qui choisissent de les exposer ou les acheteurs privés. Parmi les photographes signataires du manifeste se trouvent des artistes qui ont témoigné à travers leur objectif de la période post-Franco, et qui craignent que leur travail ne soit perdu avec le temps. 

Des photos comme celles volées par le photographe espagnol Francisco Boix, héros de la bande dessinée Le photographe de Mathausen et du film éponyme, qui représentent l'horreur des camps de concentration pendant la Seconde guerre mondiale, pourraient également être conservées dans un tel centre. Derrière cette revendication se trouve donc un véritable enjeu de mémoire.

À lire aussi

Les signataires du manifeste souhaitent également promouvoir la photographie à travers ce centre. Dans un communiqué, le ministre espagnol de la Culture a assuré qu'il avait soutenu la création de la plateforme et "restait ouvert au maintien du contact" avec ses représentants.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/