1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Que pourrez-vous voir à la Bourse de Commerce, nouveau temple de l'art contemporain ?
3 min de lecture

Que pourrez-vous voir à la Bourse de Commerce, nouveau temple de l'art contemporain ?

Le nouveau musée d’art contemporain de François Pinault va enfin pouvoir ouvrir ses portes au public. Visite en avant-première avec Jean-Jacques Aillagon.

La grande fresque sous la coupole de la Bourse de Commerce à Paris.
La grande fresque sous la coupole de la Bourse de Commerce à Paris.
Crédit : Tourneboeuf
Dans 4 jours, un nouveau musée ouvrira dans l'ancienne Bourse de commerce, à Paris. Pour découvrir ce somptueux musée : notre invité Jean-Jacques Aillagon, et les confidences de François Pinault.
20:53
Dans 4 jours, un nouveau musée ouvrira dans l'ancienne Bourse de commerce, à Paris. Pour découvrir ce somptueux musée : notre invité Jean-Jacques Aillagon, et les confidences de François Pinault.
20:53
Monique Younès & Aymeric Parthonnaud

À la veille de l’ouverture des lieux culturels, laissez-vous tenter par la Bourse de commerce, le nouveau musée d’art contemporain de François Pinault. Son inauguration, le 20 mai, est devenue, par ces temps de pandémie, le symbole du redémarrage de la vie culturelle parisienne. La collection Pinault à la Bourse de commerce devait ouvrir ses portes il y a un an... Reportée trois fois, elle se dévoile enfin au public mais tous les VIP ont déjà eu leur visite privée : des ministres, des intellectuels, des collectionneurs fortunés, des artistes, des anciens présidents de la République et même des stars comme Brad Pitt. 

"En effet, Brad Pitt est déjà passé il y a quelques semaines, il est très proche de François Pinault, confirme l'ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon désormais directeur général de Pinault Collection. Il est très proche d'un artiste que François Pinault collectionne :  Thomas Houseago. C'est un connaisseur, un collectionneur, très proche des artistes et intéressé par tout ce qui est nouveau et innovant".

Attardons-nous sur la réhabilitation particulièrement réussie de la Bourse de commerce devenu l’écrin de cette collection privée. C’est tellement plus simple de tout raser et de reconstruire. Mais faire du contemporain avec du néo-classique XIXème, c’était risqué. Très risqué. Un risque qui donne toute la valeur de la réussite de l’entreprise. Le choc esthétique commence dès qu’on arrive devant cette rotonde, qu'on ne regardait plus... et là on redécouvre ce petit bijou, au cœur du quartier du vieux Paris, entre Beaubourg et le Pied de cochon, entre Le Louvre et la Canopée des Halles. La Bourse du Commerce devient le temple de l’art contemporain. 

La métamorphose permanente du lieu

À l’intérieur, c’est la lumière qui surprend, elle entre de partout, de tous les côtés, et surtout de l’immense coupole de verre, qui sacralise le centre du bâtiment. La fresque géante, entièrement restaurée est devenue une bande dessinée historique et prémonitoire. C'est l'architecte japonais Tadao Ando qui a réalisé cet exploit. "C'est un bâtiment historique, au départ, c'était la halle au blé de Paris. Le bâtiment a été transformé en Bourse du commerce jusque dans les années 80. Il y a eu un grand travail de restauration du patrimoine historique mais François Pinault voulait aussi apporter à ce lieu une part d'identité nouvelle de notre temps", raconte Jean-Jacques Aillagon.

Le bâtiment dévoile une union de l'ancien et du moderne
Le bâtiment dévoile une union de l'ancien et du moderne
Crédit : Tourneboeuf
À lire aussi

On entend parler de la collection de François Pinault depuis bientôt 50 ans. On parle de quelque 10.000 œuvres de près de 600 artistes différents. Parmi les peintures, sculptures, vidéos, photos, installations exposées, des artistes de tous les âges, de tous les genres, de toutes les nationalités… Le public sera en premier impressionné par les sculptures de l'artiste suisse Urs Fisher placés sous la coupole de la bourse de commerce...  On y voit une réplique en cire de bougie, de L'enlèvement des Sabines sculptée au XVIe siècle par Giambologna, 4 mètres 10 de hauteur, elle est truffée de mèches qui ont été allumées hier, de telle sorte que l’œuvre va fondre, jusqu'à disparaître... 

Le premier artiste qu'on découvre en arrivant est le Français Martial Raysse que François Pinault collectionne depuis les années 90. Son tableau Ici plage, comme ici-bas, est un des préférés de François Pinault. Il y a des œuvres qui le mettent en joie, ce sont celles de Bertrand Lavier, le plus malicieux de nos artistes contemporains. François Pinault nous a raconté comment il avait proposé à Lavier d'exposer ses œuvres dans les 24 grandes vitrines de la bourse de commerce qui accueillaient jadis les innovations de l'exposition universelle de 1889. Une des spécificités annoncées de la Bourse du commerce sera d’inviter des artistes à s’approprier le lieu, afin d’y réaliser de nouvelles expériences.

Les visiteurs pourront redécouvrir la coupole de la Bourse du commerce
Les visiteurs pourront redécouvrir la coupole de la Bourse du commerce
Crédit : Domage

Des œuvres politiques judicieusement placées

Parmi les œuvres exposées, beaucoup posent des questions politiques, identitaires, raciales, mais l’artiste qui s’impose d’emblée sur ces questions d’actualité, c’est l’Afro-Américain David Hammons. Bien qu’il soit un des plus cotés sur le marché de l’art, il est encore très peu connu du public français. Une de ses œuvres a pour titre Minimum Security. C’est une reconstitution d'une cellule de la prison de San Quentin en Californie, la seule habilitée à appliquer la peine de mort. Elle est placée dans un endroit précis : la salle des pas perdus de la Bourse du commerce où se trouve une fresque du XIXème faisant l’apogée de la période coloniale. Le choix de l’endroit ne souffre pas l’équivoque. 

Si on reste en France cet été, on aura l’occasion de voir des œuvres de la collection Pinault non seulement à Paris, mais aussi à Marseille, puisque le Mucem inaugure dès demain l'exposition Jeff Koons Mucem, Œuvres de la Collection Pinault. 19 sculptures et peintures, notamment le Balloon dog, le grand Cœur rouge, et le homard géant. Jean-Jacques Aillagon, commissaire d'exposition inaugurera aussi le 12 juin au Couvent des Jacobins à Rennes l'exposition Au-delà de la couleur, le noir et le blanc dans la Collection Pinault... Une évocation subtile des couleurs du drapeau breton cher à François Pinault...

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/