2 min de lecture Environnement

En plein réchauffement climatique, un glacier se reforme

Les spécialistes ne s'en réjouissent pas pour autant : cette tendance reste trop faible pour avoir un impact positif sur l'environnement global de la Terre.

Des icebergs sur la côte ouest du Groenland
Des icebergs sur la côte ouest du Groenland Crédit : SIPA
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Ce miracle se produit au Groenland. Alors que la fonte de la calotte glaciaire se poursuit, autant dans l'hémisphère Nord que Sud, un glacier a, lui, pris de la masse. Les efforts de la communauté internationale en matière d'environnement sont-ils en train de porter leurs fruits ?

Dans une étude publiée lundi 25 mars dans la revue spécialisée Nature Geoscience, les chercheurs du projet Oceans Melting Groenland de la Nasa révèlent des données étonnantes. Après 20 ans de fonte, le glacier Jakobshavn Isbrae a inversé le processus depuis 2016, révèle National Geographic

En cause : une impulsion d'eau froide en provenance de l'Atlantique Nord. "La température de l'océan dans les 250 premiers mètres de la baie (de Disko) a été ramenée à des niveaux jamais vus depuis le milieu des années 1980", explique l'étude. Depuis 2014, les températures ont chuté de 2°C en moyenne. Et même si d'autres glaciers pourraient connaître un sort similaire, les chercheurs ne se réjouissent pas pour autant face à cette nouvelle.

Inutile de s'emporter...

En revanche, si l'on considère l'ensemble des phénomènes climatiques, cette observation n'est pas nécessairement une bonne nouvelle pour le niveau de la mer. En effet, malgré la croissance de ce glacier, l'ensemble de la calotte glaciaire du Groenland est toujours en déficit de glace et l'expansion du Jakobshavn Isbrae ne suffit pas à contrebalancer cette perte. Cette arrivée d'eau froide correspond en réalité à un cycle naturel bien rodé : des eaux chaudes et froides s'alternent une fois tous les vingt ans. 

À lire aussi
Greta Thunberg à l'ONU le lundi 23/09/19 Greta Thunberg
COP25 : Greta Thunberg exfiltrée d'une marche pour le climat à Madrid, par "sécurité"

"Tout cela montre la sensibilité des glaciers aux températures océaniques", déclare Ala Khazendar, glaciologue et principal auteur de l'étude. Il rappelle également qu'entre 2000 et 2010, le glacier Jakobshavn Isbrae a généré le plus important dégagement de glace solide de l'ensemble de la calotte glaciaire du Groenland. Le continent possède 10% de l'eau douce mondiale sous la forme d'eau gelée. Si toute cette eau venait à disparaître, le niveau de la mer monterait d'environ 7 mètres.

Les spécialistes ne se voilent donc pas la face : le refroidissement continuera et finira, à terme, par concerner Jakobshavn Isbrae. En attendant, l'équipe de recherche tente de savoir dans combien de temps cette tendance s'inversera. À ce jour, plus de 1.000 icebergs ont dérivé en 2017. Par ailleurs, l'iceberg qui a coulé le Titanic venait également de cette zone de la planète...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Changement climatique International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants