1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. ÉDITO - Italie : "Le PIB n'a progressé que de 4,7% sur les 22 dernières années", assure Lenglet
2 min de lecture

ÉDITO - Italie : "Le PIB n'a progressé que de 4,7% sur les 22 dernières années", assure Lenglet

La victoire de Giorgia Meloni, lors des élections législatives, a placé l'extrême droite italienne au sommet du pays. Le parti Fratelli d'Italia s'apprête à gouverner un pays complétement effondré sur le plan économique.

Giorgia Meloni le 26 septembre 2022.
Giorgia Meloni le 26 septembre 2022.
Crédit : ANDREAS SOLARO / AFP
Italie : "Le PIB n'a progressé que de 4,7% sur les 22 dernières années", assure Lenglet
00:03:34
LENGLET-CO - Italie : "Le PIB n'a progressé que de 4,7% sur les 22 dernières années", assure Lenglet
00:03:34
François Lenglet - édité par Baptiste Marin

La dette publique de l'Italie s'élève à 2.700 milliards d'euros. Mais cette dette n'est pas le principal problème de l'Italie, elle est la conséquence d'un autre mal, beaucoup plus grave. Depuis le 1er janvier 2000, la France et l’Allemagne ont vu leur PIB progresser d’environ 30%. Dans le même temps, l’Italie, elle, n’a progressé que de 4,7%. 4,7% au total sur 22 ans, ça veut dire à peu près une croissance zéro sur une génération. Entre 1980 et 2000, le PIB italien avait progressé de 55%. Le pays était la star des grands pays européens. 

La mise en place de l'union monétaire européenne, avec la fixation des taux de change des devises, arrivée en 2000 est le véritable point de retournement. Ce changement consacre l'impossibilité de dévaluer. À partir de ce moment-là, l'Italie plonge, comme si elle n'avait jamais réussi à s'adapter au nouveau régime monétaire, elle qui dévaluait sans arrêt pour rétablir sa compétitivité. 

Il aurait fallu alors contrôler les coûts salariaux et investir pour faire monter en gamme les produits nationaux. L’Italie, et en particulier les deux tiers sud du pays, en gros en dessous de Florence, Rome comprise, est une victime de l’euro. Alors, c’est vrai que l’Italie du Nord, elle, industrielle, se porte bien mieux. 

Le vieillissement en cause

La démographie est une autre cause de l'effondrement. L'Italie est le pays au monde le plus vieux, avec le Japon. La fécondité s’est effondrée, au point que le solde naturel est largement négatif. En 2020, il n’y avait jamais eu aussi peu de naissance depuis la fondation de l’Italie, au milieu du XIXᵉ siècle. 

À écouter aussi

La population a atteint son zénith en 2013, avec 61 millions d’habitants. Aujourd’hui, elle est à moins de 59 millions. Sur la seule année 2020, elle a perdu 400 000 habitants, avec la forte hausse de la mortalité à cause du Covid et du départ des jeunes vers l’étranger.

L'émigration de retour en Italie

Depuis 2014, l'Italie a perdu 900.000 émigrés, selon l'Istat (Institut national de statistique). Ce sont pour beaucoup des jeunes, en moyenne assez qualifiés, surtout en provenance du Sud, qui n'ont aucune perspective professionnelle chez eux. Parallèlement, la pression migratoire entrante est forte, des Africains, des Libyens ou encore des Syriens arrivent principalement sur le territoire. 

L'Italie exporte des jeunes qualifiés pour importer des migrants non qualifiés et peu intégrés. Un désastre humain, social et économique, qu’on retrouve dans les chiffres de la croissance et ceux de la dette. Il y a donc de quoi faire pour le 70ᵉ gouvernement à Rome depuis la Seconde Guerre mondiale.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire