1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Donald Trump veut davantage taxer le vin français
1 min de lecture

Donald Trump veut davantage taxer le vin français

Le président américain souhaite ainsi corriger une concurrence qu'il juge déloyale. "La France taxe beaucoup le vin et nous taxons peu le vin français", a-t-il notamment indiqué.

Donald Trump le 28 mars 2019 à Grand Rapids, dans le Michigan
Donald Trump le 28 mars 2019 à Grand Rapids, dans le Michigan
Crédit : Nicholas Kamm / AFP
L'inquiétude des vignerons français
01:52
Eléanor Douet & AFP

Le vin français sera-t-il le symbole de la nouvelle étape dans la guerre commerciale que Donald Trump a débuté avec la France ? Le président américain a toutefois laissé entendre lundi 10 juin qu'il pourrait infliger des taxes douanières supplémentaires au vin français pour corriger une concurrence qu'il juge déloyale. "La France taxe beaucoup le vin et nous taxons peu le vin français", a dénoncé le président américain au cours d'un long entretien sur CNBC.

Le vin français est réputé pour être "très bon", a commenté l'hôte de la Maison Blanche, qui ne boit pas une goutte d'alcool. Mais les viticulteurs américains se plaignent du fait qu'il entre sur le sol américain "pour rien". "Ce n'est pas juste, nous allons faire quelque chose pour ça", a-t-il également assuré.

Donald Trump n'a de cesse de dénoncer les déséquilibres des échanges commerciaux des États-Unis avec leurs partenaires. L'an passé, le déficit commercial pour les seuls biens avec la France s'est élevé à 15,81 milliards de dollars (+3,2%).

Le vin français déjà visé par Trump

En novembre dernier, Donald Trump avait déjà dénoncé le déséquilibre commercial entre les deux pays sur les produits viticoles, dans des tweets visant aussi le président français Emmanuel Macron.

À lire aussi

"La France rend les choses très difficiles pour vendre du vin américain en France et prélève de lourdes taxes douanières, alors que les États-Unis facilitent les choses aux vins français et n'ont que des tarifs douaniers bas. Ce n'est pas juste, faut que ça change !", s'était-il alors agacé sur Twitter.

Ses commentaires lundi interviennent alors que les États-Unis et l'Union européenne doivent engager des négociations formelles pour trouver un accord commercial. Pour l'heure, Bruxelles ne veut pas inclure le secteur agricole dans un traité. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/