1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Disparition de Jack Ma : il s'agit "probablement d'une purge", selon Lenglet
2 min de lecture

Disparition de Jack Ma : il s'agit "probablement d'une purge", selon Lenglet

ÉDITO - "Les banques chinoises se comportent comme des prêteurs sur gage" : depuis qu'il a prononcé ces mots le 24 octobre, le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur d'Alibaba, a disparu.

Jack Ma, créateur d'Alibaba.com
Jack Ma, créateur d'Alibaba.com
Crédit : Wikimédia / Rico Shen
Disparition de Jack Ma : il s'agit "probablement d'une purge", selon Lenglet
03:08
Disparition de Jack Ma : il s'agit "probablement d'une purge", selon Lenglet
03:08
François Lenglet - édité par Marie Gingault

L'homme le plus riche de Chine a disparu. Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, qui est l'Amazon chinois et qui vaut des centaines de milliards, n'a pas été vu en public depuis le 24 octobre. Le milliardaire fait probablement l'objet d'une purge de la part du régime. En effet, le 24 il a prononcé des mots fatals, lors d'une réunion publique : "Les banques chinoises se comportent comme des prêteurs sur gage".

Il critiquait le conservatisme du secteur financier chinois et des organismes chargés de le superviser. Trois jours après, l'introduction en bourse de sa filiale financière, la Fourmi, qui devait être la plus grosse mise sur le marché de tous les temps, était annulée pour d'obscures raisons techniques. C'est paraît-il, Xi Jingping lui-même, le chef de l'État, qui a pris la décision de stopper l'ascension de Jack Ma.
 
Au sein de l'élite communiste chinoise, c'est comme dans la mafia : celui qui grossit trop vite est soupçonné de prendre trop pour lui au détriment de l'organisation, il est liquidé. Ça vaut même pour les sociétés privées et leurs capitalistes richissimes, et surtout pour eux. Hier encore, on apprenait qu'une autre ex-star de la finance chinoise était condamnée pour "bigamie" et corruption. Condamné à la peine de mort. Lui aussi a dû marcher sur les pieds d'un hiérarque. 

Jack Ma, un modèle de la tech chinoise

Tout cela intervient alors que les mises en garde se sont succédé, depuis l'automne, pour inciter le secteur privé à travailler sous la tutelle éclairée du parti communiste. C'est l'une de ces campagnes régulières du pouvoir pour calmer l'appétit de lucre des entrepreneurs chinois. On en embastille deux ou trois, et ça calme tout le monde pour un moment. C'est plus efficace qu'une hausse des taux d'intérêt pour refroidir l'économie.
 
Toutefois, Jack Ma c'était le modèle de la technologie chinoise. Célébré, mais aussi redouté par les dirigeants politiques, à cause de son emprise croissante sur l'économie. En fait, la Chine a, vis-à-vis de ses propres sociétés technologiques, exactement les mêmes questions que nous vis-à-vis des Gafa : ne sont-ils pas en train de prendre un pouvoir trop important ? Ne faut-il pas limiter leur croissance, les démanteler ? Alibaba est un Gafa chinois. Et à l'occasion de la mise à l'écart de Jack Ma, les fonctionnaires sont en train de découper son empire, et en particulier toute la gestion des données personnelles. 

Alibaba possède en effet un système de paiement utilisé par près d'un milliard de personnes, qui donne des renseignements extrêmement précieux sur le comportement des individus, et lui confère un avantage compétitif considérable. La raison profonde de la mise à l'écart de Jack Ma, c'est que la Chine ne veut pas d'un monopole privé sur la gestion des données personnelles. Il est question de les faire gérer désormais par la Banque centrale.
 
En fait, Pékin est en train de réaliser exactement ce que veut faire la justice américaine avec Amazon et Facebook, mais à la chinoise. On coupe les têtes, c'est l'administration qui décide, ça va plus vite. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/