2 min de lecture Europe

DIAPORAMA - Biélorussie : des milliers de manifestants contre le régime à Minsk

Des dizaines de milliers de Biélorusses sont descendus dans la rue à Minsk, pour protester contre la réélection de l'autocrate Loukachenko. 75 manifestants auraient été interpellés, selon les ONG présentes sur place.

Les manifestants protestaient contre la réelection contestée d'Alexandre Loukachenko. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
6 >
Les manifestants protestaient contre la réelection contestée d'Alexandre Loukachenko. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
Le drapeau LGBT et le drapeau biélorusse. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
Depuis le début de la mobilisation, les manifestants ont opté pour la non-violence. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
Au cours des semaines de manifestations, la répression policière s'intensifie en Biélorussie. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
Des dizaines de milliers de manifestants ont envahi les rues de Minsk. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
Une pancarte représentant Alexandre Loukachenko, le président biélorusse. Crédits : TUT.BY / AFP | Date : 06/09/2020
1/1
benoit
Benoît Collet et AFP

Des dizaines de milliers de Biélorusses ont de nouveau défilé le 6 septembre à Minsk à l'appel de l'opposition qui réclame le départ du président Alexandre Loukachenko, malgré l'impressionnant déploiement des forces de l'ordre et de l'armée dans la capitale.

Le chef de l'État de 66 ans, au pouvoir depuis 26 ans, et dont la réélection du 9 août est contestée, continue lui d'exclure tout dialogue et recherche le soutien de Moscou.

Parfois au son des tambours, toujours drapés des couleurs rouges et blanches de l'opposition, les manifestants sont partis en début d'après-midi en cortège des différents quartiers de Minsk pour se réunir progressivement, jusqu'à former deux impressionnants défilés sur des boulevards convergeant vers le centre.

Criant des slogans comme "Tribunal!" ou "Combien vous payent-ils?" à destination des forces de l'ordre, les manifestants se sont ensuite dirigés vers le palais de l'Indépendance, la résidence d'Alexandre Loukachenko, protégée par un important dispositif de sécurité.
La mobilisation était supérieure à celle des précédents weekends, et plus de 100.000 Bélarusses défilaient. Comme la semaine dernière, les forces de l'ordre ont été déployées en masse, avec des canons à eaux et même l'armée et des véhicules blindés autour de bâtiments stratégiques. Les stations de métro ont été fermées avec des barrières et des barbelés.

À lire aussi
Dublin, le 19 octobre 2020 coronavirus
Coronavirus en Europe : Irlande, Pays de Galles, ces régions qui reconfinent

L'ONG de défense des droits de l'Homme Viasna a fait état de 75 manifestants interpellés. D'autres manifestations ont eu lieu dans de nombreuses villes du pays, notamment à Grodno (ouest) où des échauffourées ont éclaté avec la police.

"Pourquoi le président légalement élu se trouve réfugié à l'étranger?", demandait Nikolaï Diatlov, un employé de banque de 32 ans, faisant référence à la cheffe de file de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, qui revendique la victoire à la présidentielle et a trouvé refuge en Lituanie sous la pression au lendemain de l'élection du 9 août.

"J'ai été choqué par la détention et les passages à tabac de citoyens pacifiques. Je suis pour de nouvelles élections parce qu'aucun de mes amis n'a voté pour Loukachenko", déclarait de son côté Nikita Sazanovitch, 28 ans.

Durcissement de la politique répressive

Loin de sembler reculer, le régime d'Alexandre Loukachenko a pourtant répondu par de nouvelles arrestations à la mobilisation des étudiants, qui ont multiplié les actions et se sont mis en grève après la rentrée du 1er septembre. Plusieurs dizaines d'entre eux ont été arrêtées dans la semaine, une réponse répressive qui touche aussi les journalistes bélarusses dont une vingtaine ont été interpellés.

"Souvenez-vous que nous sommes forts tant que nous sommes unis", a déclaré dans un court message Svetlana Tikhanovskaïa, qui a par ailleurs appelé la communauté internationale à sanctionner Alexandre Loukachenko et à envoyer une mission de l'ONU pour "documenter" les violations des droits humains dans le pays.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europe Manifestations Biélorussie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants