2 min de lecture Biélorussie

Biélorussie : "C'est une dictature depuis longtemps", affirme un professeur

INVITÉ RTL - Le pays, situé au cœur de l'Europe, est secoué par des manifestations depuis que son président Alexandre Loukachenko a revendiqué une victoire contestée lors à l'élection présidentielle. Alexandre Lahviniec, professeur de sciences-politiques à l'université de Vilnius, décrypte la situation mercredi 2 septembre.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Biélorussie : "c'est une dictature depuis longtemps", affirme un professeur Crédit Image : Sergei GAPON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Christophe Decroix
Christophe Decroix édité par Victor Goury-Laffont

Depuis plus de trois semaines, des manifestations secoues un pays peu connu et pourtant à quelques heures de vol de Paris : la Biélorussie. Alexandre Loukachenko, son président, s'accroche au pouvoir malgré des contestations massives. 

Ancienne république soviétique, la Biélorussie a gardé bien des aspects de cette époque, à commencer par son président, un ancien directeur de Sovkhozes, fermes collectives du temps de l'URSS, avant de devenir député, puis Président en 1994. 

Loukachenko, 65 ans, a voulu briguer en cette année 2020 un sixième mandat et prétendu être réélu avec 80% des voix. Un scrutin contesté par la rue, mais aussi par l'Union européenne et les Etats-Unis. 

Le pays a vu apparaître une nouvelle génération de jeunes branchés avec le monde extérieur, plus prêts à accepter ce vieil autocrate. L'un d'eux, un blogueur d'opposition influent, a voulu se présenter face à lui. Il s'est fait emprisonner, mais sa femme, Svetlana Tikha-Novskaïa a repris le flambeau et revendique aujourd'hui la victoire électorale. Elle a du s'exiler en Lituanie par sécurité. 

Un pays transformé par les manifestations

À lire aussi
Des citoyens manifestent le 16 août 2020 à Minsk, en Biélorussie parlement européen
Le prix Sakharov décerné à l'opposition en Biélorussie

"On vit aujourd'hui dans une inquiétude et une peur, mais avec un grand espoir, car on ne s'attendait pas à ce qu'autant de gens descendent dans la rue", se réjouit Alexandre Lahviniec, professeur de sciences-politiques à l'université européenne des sciences humaines de Vilnius et fondateur d'un groupe d'opposition.

Plus de 200 personnes en Biélorussie sont considérés comme des prisonniers politiques, explique Alexandre Lahviniec, et des milliers de plus auraient été détenus, battus, mis en prison ou se seraient vu infliger des amendes importantes.

"C'est une dictature depuis longtemps", affirme cet opposant au régime, qui qualifie Alexandre Loukachenko de "dictateur post-soviétique qui méprise l'opinion des autres et qui a une longue histoire de falsification de résultats électoraux." 

Qu'importe l'issue de ces contestations, "notre société a changé", pour Alexandre Lahviniec : "même si ce n'est pas à court terme, ce régime partira".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Biélorussie Russie Manifestations
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants