3 min de lecture Coronavirus États-Unis

Coronavirus : une vidéo de médecins défendant l'hydroxychloroquine supprimée

Une vidéo de médecins américains défendant l'hydroxychloroquine est devenue virale aux États-Unis, avant d'être supprimée des réseaux sociaux pour avoir diffusé de fausses informations.

Une étude française de l'INSERM nie toute l'utilité de l'hydroxychloroquine
Une étude française de l'INSERM nie toute l'utilité de l'hydroxychloroquine Crédit : GERARD JULIEN / AFP
louis
Louis Chahuneau et AFP

Mais qui sont donc les "America's Frontline Doctors" (Docteurs américains en première ligne, en français) ? Le 28 juillet 2020, ce groupe d'une dizaine de médecins américains a tenu une conférence de presse devant la Cour suprême des États-Unis, à Washington, pour défendre l'hydroxychloroquine comme traitement du coronavirus, et critiquer l'efficacité du masque. 

La vidéo de la conférence, diffusée par le site d'information conservateur, Breitbart news, est rapidement devenue virale. Le président Donald Trump, et son fils Donald Trump Jr. ont même partagé la vidéo sur leurs comptes Twitter, avant que le réseau social ne censure la vidéo, comme l'explique AFP factuel

Facebook et YouTube ont eux aussi retiré la vidéo de leurs plateformes. Selon CNN, elle cumulait 14 millions de vue et 600.000 partages.

Vanter les mérites de l'hydroxychloroquine

Au cours de la conférence d'une trentaine de minutes, plusieurs médecins se succèdent au micro pour vanter les mérites de l'hydroxychloroquine. "On peut guérir du virus, cela s'appelle l'hydroxychloroquine (...). Je suis venu ici à Washington DC pour dire à l'Amérique que personne n'a besoin de tomber malade", explique la médecin Stella Immanuel.

À lire aussi
Donald Trump lors d'un meeting, à Tulsa, le 20 juin 2020. (illustration) Coronavirus États-Unis
Covid-19 aux États-Unis : pour Trump, le Covid-19 n'affecte "pratiquement personne''

Le traitement n'a pourtant pas fait ses preuves en ce qui concerne la Covid-19. L'OMS a par exemple arrêté ses essais cliniques début juilletcomme le rappelle Radio Canada. D'autre part, plusieurs études scientifiques ont conclu à la non efficacité du traitementcomme celle publiée dans le New England Journal of Medicine le 23 juillet 2020. L'OMS a même conclu que "le mauvais usage de l'hydroxychloroquine peut provoquer des effets secondaires graves et des maladies, voire entraîner la mort".

Désinformation sur le port du masque

La même médecin avance ensuite que "vous n'avez pas besoin de masque. Il y a un remède", contredisant ainsi toutes les recommandations internationales sur le sujet. Radio Canada cite notamment une étude publiée dans le journal Health Affairs(Nouvelle fenêtre) qui estime que le port du masque a prévenu entre 230.000 et 450.000 cas de Covid-19 entre la fin mars et la fin mai. La France l'a d'ailleurs rendu obligatoire dans les espaces clos (sauf le cinéma), dès le 20 juillet et les premiers signes de reprise de l'épidémie.

En France, plusieurs comptes Facebook et Twitter continuent de diffuser la vidéo mais beaucoup de gens ignorent les soutiens des "America's Frontline Doctors". La conférence de presse était notamment organisée et sponsorisée par le Tea Party Patriots Foundation, une organisation politique de soutien aux candidats Républicains, comme le précise Radio Canada.

En outre, le docteur James Todaro,"ne traite plus de patients depuis 2018(Nouvelle fenêtre) et semble maintenant promouvoir des cryptomonnaies", explique le site. Quant à la docteure Simone Gold, elle collabore au réseau de médias conservateurs Fox News. Des éléments qui devraient mettre la puce à l'oreille des prochains curieux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus États-Unis États-Unis Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants