1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : Rome, ville fantôme après la mise en quarantaine de l'Italie
2 min de lecture

Coronavirus : Rome, ville fantôme après la mise en quarantaine de l'Italie

REPORTAGE - Quelque 60 millions d'Italiens sont priés de rester chez eux à compter de mardi, une mesure sans précédent dans le monde.

La place du Capitole, à Rome, désertée le 10 mars 2020
La place du Capitole, à Rome, désertée le 10 mars 2020
Crédit : Vincenzo PINTO / AFP
Coronavirus : Rome, ville fantôme après la mise en quarantaine de l'Italie
00:01:00
Coronavirus : les mesures drastiques de l'Italie
00:00:41
Correspondants RTL à l'étranger

Un caillou dans la botte et plus rien ne marche. Le coronavirus a mis l'Italie à l'arrêt. Soixante millions de personnes priées de rester chez elles. Une zone protégée géante avec des déplacements a minima, pour tenter d'enrayer l'épidémie qui a fait près de 500 morts et saturé les hôpitaux

Tous les Italiens doivent éviter les déplacements sur le territoire national. Autrement dit, ne pas sortir de leurs villes ou villages de résidence, sauf pour des motifs justifiés de travail ou pour des raisons urgentes. La fermeture des écoles, universités, musées, cinéma, théâtre est prolongée jusqu'au 3 avril. 

Tous les rassemblements dans les lieux publics ou privés sont interdits et même le championnat de football est suspendu. Les transports publics resteront opérationnels, mais en substance, l'ensemble du pays est mis sous cloche. 

"La ville est beaucoup plus déserte que normalement"

À Rome, c'est le silence qui s'impose. Il y règne un calme étrange, comme un dimanche. Peu de voitures circulent, pas de klaxon, pas de deux roues pétaradants. Les passants marchent lentement. Il fait beau et pourtant, on ne voit pas d'enfants jouer dans les squares. 

À écouter aussi

Les terrasses sont vides, les chantiers continuent. Une personne sur quatre porte un masque chirurgical ou cache son visage derrière une écharpe. On fait la queue devant les magasins, la boucherie, la pharmacie pour entrer en nombre limité, toujours à un mètre de distance les uns des autres.

Au marché, on s'approvisionne en quantité raisonnable."La ville est beaucoup plus déserte que normalement. Il est certain que le fait que les écoles soient fermées a beaucoup réduit la circulation" , témoigne cet épicier. "Beaucoup de gens ne bougent plus un peu par peur, un peu par intelligence. À part les jeunes qu'on n'arrive pas à maîtriser, je dirais que tout va bien". Alors, c'est clair : les Romains serrent les dents. Ils sont inquiets pour leurs parents âgés, leur travail. Mais la vie continue au ralenti.

Et curieusement, c'est le moment qu'a choisi le Pape François pour demander aux prêtres d'avoir le courage de sortir et d'aller voir les malades atteint du coronavirus, alors que le gouvernement italien exige le confinement jusqu'au 3 avril.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/