2 min de lecture Amérique du Sud

Coronavirus : pourquoi le variant brésilien inquiète

ÉCLAIRAGE - Alors que le variant britannique a mis environ trois mois pour dominer l'épidémie en Angleterre, le variant brésilien est devenu majoritaire dans la région de Manaus en un mois seulement.

La tombe d'une victime du Covid-19, à Manaus, au Brésil, le 22 janvier 2021
La tombe d'une victime du Covid-19, à Manaus, au Brésil, le 22 janvier 2021 Crédit : MARCIO JAMES / AFP
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre et AFP

Il fait des ravages en Amazonie. Le variant du coronavirus détecté début janvier au Japon et originaire de Manaus, dans le nord du Brésil, y est désormais dominant. "En décembre, on le trouvait dans 51% des échantillons séquencés", précise Felipe Naveca, qui étudie les mutations du virus dans la région, et le "13 janvier, c'était 91%".

"De plus il essaime dans l'intérieur de l'État" d'Amazonas, dont Manaus est la capitale. "Nous l'avons trouvé dans 11 des 13 villes que nous avons étudiées", ajoute-t-il, au sujet de ce variant P1. Et cette semaine, trois premiers cas de ce variant ont été détectés dans l'État de Sao Paulo (sud-est), le plus peuplé du pays avec ses 46 millions d'habitants. 

"Tous les indices indiquent déjà que (ce variant) est plus contagieux, car il présente des mutations qui ont été liées à la plus grande transmission du virus observée dans les variants du Royaume-Uni et d'Afrique du sud", explique le chercheur, membre de l'institut Leônidas e Maria Deane, qui travaille avec la prestigieuse Fondation Fiocruz.

Des nouvelles inquiétudes

L'apparition du variant P1 suscite donc depuis ces derniers jours de nouvelles inquiétudes, qui viennent s'ajouter à celles du variant anglais, très contagieux, et du variant sud-africain. Alors que la mutation britannique a mis environ trois mois pour dominer l'épidémie en Angleterre, le variant brésilien est devenu majoritaire dans la région de Manaus en un seulement mois. 

À lire aussi
coronavirus
Coronavirus : vers un médicament par voie orale ?

Une rapidité qui interroge les scientifiques. La ville de 2,2 millions d'habitants avait été déjà durement touchée par la première vague en avril, rappelle NPR. Une étude estimait même que la population aurait dû atteindre l'immunité collective. Cette recrudescence de P1 échapperait-elle aux anticorps de la version précédente ? Rien ne permet pour l'instant de l'affirmer. 

Felipe Naveca évoque également d'autres variants brésiliens. Le P1 est "un des 18 variants du coronavirus qui ont circulé dans l'État d'Amazonas depuis le début de la pandémie" il y a 10 mois, souligne-il. Les données actuelles "ne permettent pas de dire si ce variant est plus meurtrier", même si les autorités ne rejettent pas l'idée que sa propagation rapide à Manaus y a joué un rôle dans la dramatique augmentation des morts du Covid-19.

Des analyses en cours au Japon

De son côté, le Japon, premier pays à l'avoir détecté, n'est pas encore en mesure de dire si celui-ci était plus contagieux ou plus dangereux que les autres variants déjà repérés. L'institut national japonais des maladies infectieuses a toutefois précisé que cette mutation présentait des similitudes avec ceux identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, mais des analyses plus approfondies sont toujours en cours. 

Les craintes de cette mutation, déjà détectée ce mois-ci, outre au Japon, en Allemagne et dans le Minnesota, ont en tout cas motivé l'interdiction de vols en provenance du Brésil de divers pays : États-Unis, Grande-Bretagne, Italie et Pérou.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Amérique du Sud Vaccin Brésil
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants