2 min de lecture Tourisme

Coronavirus : pourquoi l'Europe rouvre ses frontières en ordre dispersé

PODCAST - Chaque lundi, François Lenglet et Catherine Mangin se penchent sur les bouleversements économiques que provoque la crise du coronavirus. Dans cet épisode, ils s'intéressent à la réouverture des frontières intra-européennes à partir de ce lundi 15 juin.

Lenglet - Coronavirus_245x300 Hors Série : Lenglet-Co : Crise du Coronavirus François Lenglet & Catherine Mangin iTunes RSS
>
45. Coronavirus : pourquoi l'Europe rouvre ses frontières en ordre dispersé Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Catherine Mangin

L'Europe rouvre ce lundi 15 juin une partie de ses frontières, le secteur du tourisme attendait cela avec impatience... Neuf pays européens, parmi lesquels la France, rouvrent donc leurs frontières mais uniquement pour des voyageurs venant d’autres pays européens. Tout cela après 91 jours de fermeture, c’est sans précédent en période de paix.

Il subsiste cependant quelques bizarreries. L'Italie avait déjà ouvert ses frontières, l'Espagne ne le fera que le 1er juillet, parce qu’elle est plus touchée par l'épidémie du Covid-19, sauf aux Baléares avec l'arrivée dès aujourd'hui de 10.000 Allemands. Ils vont être testés et suivis avec des applications. Le Portugal ouvre ses frontières à tous les pays européens, sauf à l’Espagne, la Grèce rouvre aussi sauf pour certains vols en provenance de "zones à risque"… notamment la France. Malte reste complètement fermé.

Normalement, tout s’alignera le 1er juillet avec une ouverture intégrale. Pour les frontières extra-européennes, l'Europe doit se mettre d’accord pour tout harmoniser à partir du 1er juillet. Mais là encore, c’est un bazar total.

La saison touristique n'est pas sauvée

Peut-on espérer une saison touristique acceptable, sinon normale ? Pas sûr. D’abord, la réouverture des frontières est essentielle mais n’est pas la condition suffisante. Ensuite, les capacités d’accueil vont être amoindries en raison des normes sanitaires, de la distanciation physique.

À lire aussi
Les façades des rues Victor-Hugo et Bouillé, à Saint-Pierre, en Martinique polémique
Non, les DOM-TOM ne vont pas être interdits de publicités touristiques

De plus, le niveau des prix sera en baisse, sur les hôtels en particulier. Et puis, dans certains pays, en France par exemple, il y a des campagnes publiques pour dissuader les habitants de franchir les frontières et plutôt passer leurs vacances sur le sol national. À Paris, 11 palaces restent fermés et n'acceptent les réservations et encore pas tous que pour le mois d’août.

Dans les autres hôtels, on est aux alentours de 25% de réservations, alors qu’à cette période de l’année, c’est plutôt 60-70 %. L’avantage, c’est que les grands sites touristiques et les musées sont beaucoup plus fréquentables, en particulier Venise qui accueille 30 millions de touristes.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Hors-série Lenglet-Co : crise du coronavirus, un podcast quotidien présenté par François Lenglet et Catherine Mangin, qui vous donne les clés pour tout comprendre des évolutions et  révolutions provoquées par la crise du coronavirus en France, en Europe et dans le monde.

Si vous souhaitez poser des questions à François Lenglet, écrivez à temoins@rtl.fr et ou laissez un message sur la page Facebook de RTL.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tourisme Coronavirus RTL Originals
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants