2 min de lecture Nouvelle-Zélande

Coronavirus : non, il n’y a pas de camps de rétention pour les malades

FACT CHECKING - Le concept de "camps de quarantaine" néo-zélandais pour les citoyens refusant de se faire tester a été diffusé en masse ces derniers jours. La Nouvelle-Zélande impose effectivement une quarantaine aux voyageurs pénétrant son territoire, sauf qu'elle s'effectue dans des hôtels.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, il n'y a pas de camps de rétention pour les malades Crédit Image : Damien MEYER / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Venantia Petillault

Aujourd’hui, une intox qui fait actuellement le tour du monde, la Nouvelle-Zélande a-t-elle mis en place des camps pour ceux qui ne veulent pas se faire tester ? La Nouvelle-Zélande, bonne élève de la lutte contre le virus, aurait mis en place des camps pour isoler ceux réfractaires à la politique sanitaire mise en place par le gouvernement, en tout cas c’est ce que la chaine américaine conservatrice Fox News, annonçait le 28 octobre dernier 

Pour appuyer ses dires, une autre vidéo est diffusée où l’on voit la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern annoncer que "si une personne refuse, dans nos installations, d’être testée, elle doit rester, donc elle ne pourra pas partir après quatorze jours. Elle devra rester encore quatorze jours". C’est une assez bonne incitation.

Puis une vidéo du ministre de la Santé qui évoque des établissements spécialisés. Ça y est on le tient, quarantaine + établissement spécialisé = camps, la preuve est là sauf que la mathématique complotiste est un peu simpliste puisque comme l’explique le journal Libération le discours de la Première ministre date du 12 août, de son ministre le 15. À l’époque il y a de nouveaux cas de virus sur l’île et les camps, ce sont des hôtels... Tout est une question de vocabulaire.

La même chaîne de contamination de fake news

Il est assez intéressant de voir que concernant les rumeurs sur le coronavirus, une chaine de contamination se met en place, toujours la même. Une rumeur nait sur des réseaux sociaux parallèles et ensuite est transmise sur des réseaux sociaux populaires tel que Facebook et Twitter et ensuite repris par certains médias. 

À lire aussi
international
Nouvelle-Zélande : premier cas local de Covid-19 en plus de deux mois

Pourtant, cette intox est facilement vérifiable. Il suffit d’aller sur le site du quai d’Orsay. Pour les voyageurs vers la Nouvelle-Zélande il est écrit : "Toute personne qui entre en Nouvelle-Zélande doit s’astreindre à une période d’isolement de 14 jours dans un centre de confinement situé à proximité de l’aéroport d’Auckland." 

Un site du gouvernement néo-zélandais explique même les choses faisables dans ces zones de quarantaine, on peut répondre aux questions des journalistes, appeler ses proches n’importe quand ou se connecter à internet, donc pas vraiment de violation de droit comme certains l’affirme.

La popularisation des "camps de Covid"

Et pourquoi, seule la Nouvelle-Zélande opterait pour cette formule d’isolement radical ? De nombreux tenants de la conspiration voient des camps au Canada, en Australie, aux États-Unis et même en France en raison d’une mauvaise interprétation des dispositions de l’état d’urgence sanitaire.

Ici tout est une question de champs lexical puisqu’utiliser le mot camp plutôt que résidence ou hôtel résonne comme un écho funeste de l’Histoire afin de choquer. Donc non, il n’y a pas de camps de rétention pour les malades de la covid ou ceux qui ne veulent pas faire de test... Le meilleur geste barrière face à ce genre de message ? Ne pas diffuser, aussi efficace que le gel hydroalcoolique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nouvelle-Zélande Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants