2 min de lecture Élections américaines

Coronavirus : le vaccin annoncé par Trump est-il vraiment prêt ?

ÉCLAIRAGE - Le président américain a annoncé l'arrivée d'un vaccin à plusieurs reprises ces derniers mois. Annonce réitérée le jeudi 22 octobre pendant le dernier débat présidentiel.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Peut-on contester le couvre-feu? Crédit Image : Brendan Smialowski / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Florine Boukhelifa

C'était dans la nuit de jeudi 22 à vendredi 23 octobre, lors du dernier débat de la campagne présidentielle américaine. Après une question sur le coronavirus, Donald Trump peint le tableau de la situation puis déclare : "nous avons un vaccin qui arrive. Il est prêt. Ça va être annoncé dans quelques semaines et nous allons le livrer."


Le problème est que l'hôte de la Maison Blanche s'est un peu emballé. CNN a vite douché l'espoir des plus pressés. Interrogés par la chaîne d'information, Pfizer et Morderna, deux des laboratoires outre-Atlantique les plus avancés sur la création d'un vaccin, ont indiqué qu'ils pourraient demander une autorisation d'utilisation dans les semaines à venir. Uniquement s'ils obtiennent des résultats positifs de leurs essais cliniques en phase 3, lorsque les vaccins sont testés sur les volontaires.

De son côté la FDA, l'agence de santé américaine, n'a pas encore délivré d'autorisation d'utilisation d'urgence ni approuvé de vaccin. Le processus est un peu plus long qu'une déclaration faite un soir au cours d'un débat.

Plusieurs annonces mais toujours pas de vaccin

Le vaccin est devenu un véritable enjeu politique aux États-Unis. Donald Trump préconisait des injections de désinfectant en avril dernier, désormais il ne parle que de vaccin. Ce dernier est d'ailleurs inscrit dans le programme présidentiel. Lors d'une réunion avec des militants en Caroline du Nord, le président américain a prononcé treize fois le mot "vaccin" en deux heures de discours ont relevé des journalistes américains.

À lire aussi
"Une terre promise" le livre de Barack Obama dans une librairie de Washington en novembre 2020 États-Unis
Mémoires de Barack Obama : 3 choses à retenir du livre événement

Le 27 août dernier déjà, Donald Trump affirmait dans son discours d'investiture de candidat républicain que des centaines de millions de doses seraient bientôt disponibles. Sans suite. Même résultat lorsque le président annonce un vaccin pour la Toussaint le 3 septembre. Quinze jours plus tard, il déclare sur la chaîne ABC que le vaccin sera disponible sous quatre semaines, toujours rien.

Donald Trump finit par accuser les autorités sanitaires du pays de mener un coup politique contre lui. Elles établiraient des critères plus stricts pour les vaccins. Neuf gros laboratoires américains engagés dans la recherche du vaccin ont de leur côté annoncé ne pas brûler les étapes et refuser de s'aligner sur les agendas politiques.

L'argument du vaccin contre le coronavirus bouscule une partie de l'électorat de Donald Trump. Les anti-vaccins, majoritairement en faveur du républicain font face à un candidat qui veut absolument un vaccin pour se faire réélire. Pour y faire face, des groupes ont lancé des rumeurs. Notamment sur la volonté du président d'interdire la vaccination obligatoire ou encore Donald Trump contraint d'adopter le vaccin par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections américaines Élection présidentielle Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants