1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : la Russie en pleine 4e vague, mais sans geste barrière
2 min de lecture

Coronavirus : la Russie en pleine 4e vague, mais sans geste barrière

La situation épidémique n'est pas du tout au beau fixe en Russie. Pourtant, Vladimir Poutine n'instaure que très peu de restrictions.

Illustration Moscou, le 18 octobre 2021
Illustration Moscou, le 18 octobre 2021
Crédit : Alexander NEMENOV / AFP
Coronavirus : la Russie bat des records de contamination
02:48
Pierre Herbulot - édité par Charlotte Diry

La Russie est actuellement frappée de plein fouet par la quatrième vague de la pandémie. Le pays en est même arrivé à battre des records de contamination presque tous les jours. Près de 35.000 contaminations et encore plus de 1.000 morts étaient à décompter jeudi 21 octobre. 

Dans la cathédrale Saint-Basile à Moscou, des chanteurs d'une complainte ne portent pas de masque, dans l'une des neufs petites chapelles que compte l'édifice, comme si le coronavirus n'existait pas. Au plus fort de la quatrième vague, dopée au variant Delta, les gestes barrières ont disparu. Les Moscovites se serrent alors la main et s'entassent dans le métro, sans distanciation. 

Une situation incompréhensible pour Anastasia Vassilieva, porte-parole du syndicat l'alliance des médecins : "Les Russes n'aiment pas les règles. Il y a une phrase qui dit 'Tout va bien se passer.' Bien sûr que ça me fait peur, mais je n'ai pas envie de rester les bras croisés. Je préfère agir pour qu'on soit tous protégés contre la maladie. Il faut se faire vacciner et nous devons l'expliquer. Il faut que ça rentre. Que les Russes comprennent que d'une certaine façon, ils peuvent sauver leur pays." confie la porte-parole. 

Il faut se faire vacciner et nous devons l'expliquer.

Anastasia Vassilieva, porte-parole du syndicat l'alliance des médecins

Si la situation est aussi catastrophique en Russie, c'est parce qu'il y a un faible taux de vaccination. Le pays du Spoutnik V, premier sérum au monde contre le Covid-19, a le même pourcentage de vaccinés que le Laos ou le Suriname, soit à peine 31% de sa population. 

À peine 31% de la population vaccinée

À écouter aussi

Les Russes se méfient même de leur propre vaccin et achètent donc du Pfizer au marché noir pour 75.000 roubles soit environ 9.000 euros. Nathalia, habitante de Moscou, essaie désespérément de rassurer ses proches, mais les arguments des antivax sont les mêmes qu'en France.

"Beaucoup de personnes croient que les vaccins ne sont pas assez développés, étudiés. Il y a des personnes qui voudraient attendre un an ou deux pour voir comme ça se passe. En Europe, on a beaucoup de restrictions et les gens se font vacciner avec plus de volonté." déclarait Nathalia. 

Les mesures de restriction afin de freiner l'épidémie commencent seulement à arriver, et ce, petit à petit. Vladimir Poutine a annoncé une semaine chômée à partir de vendredi 29 octobre, afin d'inciter les Russes à se faire vacciner. Mais rien de plus au niveau national, puisque Poutine ne veut pas aller à contre courant de la repise économique mondiale. 

Toutefois, les deux plus grandes villes du pays veulent prendre les devants : Moscou va confiner les plus de 60 ans dès lundi 18 octobre. Quant à Saint-Pétersbourg, le passe sanitaire sera mis en place à partir du mois de décembre. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/