2 min de lecture Santé

Coronavirus en Espagne : le confinement prolongé au moins jusqu'au 25 avril

Le chef du gouvernement Pedro Sanchez a annoncé ce samedi 4 avril que "l'état d'alerte", qui a permis d'imposer un confinement des plus stricts en Espagne, allait être prolongé "jusqu'au samedi 25 avril à minuit".

Une habitante de Ronda, en Andalousie, le 3 avril 2020.
Une habitante de Ronda, en Andalousie, le 3 avril 2020. Crédit : Jorge GUERRERO / AFP
Charles Deluermoz et AFP

Déjà prolongé de deux semaines pour freiner la propagation du coronavirus, le confinement de la population en Espagne va se poursuivre jusqu'au 25 avril. C'est ce qu'a annoncé ce samedi 4 avril le chef du gouvernement Pedro Sanchez, qui n'a pas exclu d'autres prolongations.

L'"hibernation" économique décrétée dimanche dernier et consistant à mettre à l'arrêt durant deux semaines toutes les activités non essentielles ne sera en revanche pas prolongée au-delà du week-end de Pâques, a ajouté le socialiste.

"Le conseil des ministres de mardi prochain sollicitera de nouveau l'autorisation de la Chambre des députés pour prolonger, pour la deuxième fois, l'état d'alerte", qui a permis d'imposer un confinement des plus stricts, "jusqu'au samedi 25 avril à minuit", a-t-il déclaré dans une allocution télévisée. 

Décrété le 14 mars, l'état d'alerte devait prendre fin le 11 avril à minuit. Ces deux semaines supplémentaires de confinement sont "le temps dont a besoin notre système de santé pour se redresser", a encore souligné le Premier ministre. 

"Lueur d'espoir" et "phase de transition"

À lire aussi
Le massif des Écrins à 1.870 mètres d'altitude, pris en photo le 16 juin 2017 (Hautes Alpes) santé
Coronavirus dans les Hautes-Alpes : une colonie de vacances fermée, 326 tests faits

L'Espagne est le deuxième pays le plus endeuillé au monde après l'Italie, avec 11.744 décès dus au Covid-19 selon le dernier bilan publié samedi, et près de 125.000 cas confirmés. La hausse du nombre de cas a toutefois ralenti progressivement depuis le milieu de la semaine dernière et le nombre de morts vient de baisser deux jours de suite à 809 après le record de 950 décès annoncé jeudi.

"Nous savons aujourd'hui que ces trois semaines d'isolement collectif" depuis la mi-mars "sont en train de porter leurs fruits", a affirmé Pedro Sanchez. Ce confinement a permis de "stopper la propagation du virus, contenir l'avalanche sur les hôpitaux, soigner des malades et sauver des vies", a-t-il dit.

Toutefois, "nous relâcher maintenant aurait un résultat encore pire", a mis en garde le dirigeant, soulignant le risque d'une "seconde vague" de contagions. "Oui, nous voyons une lueur d'espoir", mais "nous entrons dans une nouvelle phase qui n'est pas du tout facile, la phase de transition", a souligné la docteure Maria José Sierra, du centre d'alertes sanitaires.

Pedro Sanchez n'a pas exclu de nouvelles prolongations de l'état d'alerte, tout en laissant entrevoir la possibilité d'assouplissement des strictes règles de confinement si la situation s'améliore. "Nous aurons plusieurs états d'alerte (...) jusqu'au retour définitif à la normale", a-t-il encore expliqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Espagne Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants