1 min de lecture Confinement

Coronavirus en Asie : l'inquiétude d'une deuxième vague grandit

Les pays d'Asie qui commencent à desserrer l'étau du confinement marchent sur des oeufs, dans la peur d'une deuxième vague épidémique.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus en Asie : l'inquiétude d'une deuxième vague grandit Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
La rédaction de RTL édité par Ryad Ouslimani

Face à un virus que l’on connaît encore très peu, regarder ce que font les autres pays touchés peut être riche d’enseignement, notamment lors du déconfinement qui est  en cours en Asie, première zone touchée, et où on craint une deuxième vague épidémique. 

Ainsi, la Chine a publié son plus mauvais bilan depuis début mars, avec un record de cas importés. Le virus est de retour via des Chinois revenant de l’étranger, et le gouvernement marche sur des œufs sur ce dossier. Le déconfinement est levé très progressivement. A Pékin, les contrôles sont encore très fréquents, avec notamment des codes électroniques sur les téléphones portables afin de s'assurer de l’état de santé des habitants, mais aussi éviter leur déplacement.


Le nombre de personnes autorisées à entrer dans la capitale est limité, et les écoles n’ouvriront pas avant le début du mois de mai. Les étrangers quant à eux ne peuvent pas entrer en Chine, on est donc très loin d’un déconfinement massif.

Les inquiétudes sont les mêmes dans les autres pays de la région. Ainsi, à Singapour, le nombre de nouveaux cas augmente, obligeant la cité-État à mettre en place des mesures strictes de confinement, et à fermer la majorité des lieux de travail.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Confinement Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants