1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : une application de "tracking" pourra être utilisée "sur la base du volontariat", dit Breton

INVITÉ RTL - L'application de "tracking" pour gérer l'évolution de l'épidémie de coronavirus envisagée au niveau européen suscite de nombreuses questions. Thierry Breton a tenté d'apaiser les inquiétudes.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Coronavirus : une application utilisée "sur la base du volontariat", dit Breton Crédit Image : JOHN THYS / AFP | Crédit Média : Le Grand Jury | Durée : | Date :
La page de l'émission
Éléonore Merlin
Journaliste

Invité du Grand Jury sur RTL dimanche 12 avril, Thierry Breton a été interrogé sur la fameuse application de "tracking" envisagée pour éviter de nouvelles vagues de contamination au coronavirus pendant le déconfinement et Apple et Google ont notamment annoncé travailler sur de tels outils. "C'est un sujet qui interroge légitimement les citoyens, c'est un outil sur lequel certains commencent à réfléchir pour la phase de déconfinement puisqu'on va vivre un certains moment avec le virus en phase de décroissance", a indiqué Thierry Breton.

Le commissaire européen a annoncé avoir proposé "la semaine dernière" une "boite à outils" fixant plusieurs lignes directrices à la plateforme qui pourrait voir le jour. "Ce sera sur la base du volontariat, on ne soutiendra jamais des mesures coercitives", a d'abord indiqué Thierry Breton. "Concrètement, dans cette phase de déconfinement, si vous l'acceptez, parce que vous pensez que c'est un rôle citoyen, vous vous inscrivez sur une plateforme qui fonctionne par bluetooth". Les personnes volontaires auront un identifiant et "si l'un de vos contacts est malade, on pourrait savoir qu'une liste de personnes autour de vous peut potentiellement être en contact avec le virus", explique-t-il.

Les données de la plateforme seraient "uniquement utilisées par les autorités de santé" et interdites d’accès "aux autorités judiciaires, policières, commerciales", précise encore le commissaire européen.

"On proposera des lignes rouges très claires", explique-t-il encore, précisant que les États-membres doivent se pencher sur le sujet. Thierry Breton a également indiqué avoir déjà au début de la crise sollicité les "opérateurs de télécommunications pour obtenir des donnés agrégées", pour évaluer les effets du confinement, "mais attention ce ne sont pas des donnés individuelles mais des données agrégées", a-t-il insisté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Commission européenne Union européenne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants