1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus en Allemagne : pourquoi Angela Merkel fait marche arrière ?
1 min de lecture

Coronavirus en Allemagne : pourquoi Angela Merkel fait marche arrière ?

ÉCLAIRAGE - Lundi, la chancelière allemande annonçait des mesures radicales à l'approche de Pâques, le verrouillage presque complet du pays. Ce mercredi, elle revient sur cette "erreur" et demande "pardon" aux citoyens.

Angela Merkel lors d'une conférence de presse le 23 mars 2021.
Angela Merkel lors d'une conférence de presse le 23 mars 2021.
Crédit : Michael Kappeler / POOL / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

Les Allemands ont fini par éviter toute restriction pour Pâques. Après de nouvelles négociations entre Angela Markel et les 16 États-régions ce mercredi 24 mars, la chancelière a abandonné le projet de verrouillage forcé du pays. Elle a d'ailleurs reconnu "une erreur" de sa part.
"Une erreur doit être appelée une erreur et, plus important encore, elle doit être corrigée et si possible à temps", a-t-elle déclaré au cours d'une allocution. "Je sais que cette proposition a provoqué une incertitude supplémentaire, je le regrette profondément et pour cela je demande pardon à tous les citoyens".

Pour la dirigeante allemande, l'idée d'un verrouillage de cinq jours à Pâques avait été pensé avec "les meilleures intentions", dans le but de "ralentir et inverser la troisième vague de la pandémie", mais elle "n'était pas réalisable dans un court laps de temps". Cette initiative prévoyait de fermer jusqu'aux supermarchés et de limiter l'accès aux églises. Il était envisagé de rendre férié le jeudi 1er avril. Des restrictions dures, qui n'ont pas plu à la population.

Les risques d'une telle décision

Une telle décision, prise en urgence, laissait beaucoup trop de questions ouvertes, notamment concernant "la poursuite du paiement des salaires" et l'organisation au sein des entreprises, a affirmé Angela Merkel.

Ce dispositif, présenté comme une "pause" par la chancelière, était critiqué jusqu'au sein du gouvernement. Le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, a ainsi exprimé son "étonnement" que le parti chrétien-démocrate au pouvoir sacrifie les messes pascales sur l'autel de la lutte anti-Covid.

À lire aussi

Les organisations professionnelles craignaient elles les répercussions de la fermeture des commerces, après des mois de restrictions aux conséquences économiques importantes. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/