1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : Boris Johnson aurait insulté son ministre de la Santé de "putain de nul"
2 min de lecture

Coronavirus : Boris Johnson aurait insulté son ministre de la Santé de "putain de nul"

Boris Johnson est accusé, par son ex-conseiller Dominic Cummings, d'avoir qualifié son ministre de la Santé de "putain de nul", mercredi 16 juin. Il a partagé la capture d'écran d'un échange de messages avec le Premier ministre.

Boris Johnson aurait qualifié son ministre de la Santé de "putain de nul".
Boris Johnson aurait qualifié son ministre de la Santé de "putain de nul".
Crédit : SCOTT HEPPELL / POOL / AFP
Camille Guesdon & AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a subi une nouvelle charge de son ex-conseiller Dominic Cummings, mercredi 16 juin. Ce dernier a affirmé, capture d'écran à l'appui, que le dirigeant avait qualifié son ministre de la Santé de "putain de nul" dans sa gestion de la pandémie.

Désormais en guerre contre son ancien patron, Dominic Cummings, l'influent cerveau de la campagne en faveur du Brexit en 2016, avait violemment attaqué fin mai, lors d'une audition parlementaire marathon, la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement britannique. Il avait jugé Boris Johnson "inapte". Mais il avait surtout visé le ministre de la Santé Matt Hancock, l'accusant d'avoir "menti" à plusieurs reprises et jugeant qu'il aurait dû être "viré". Ce dernier a démenti et, depuis, M. Cummings a été critiqué pour n'avoir fourni aucune preuve de ses affirmations.

Matt Hancock a affirmé "ne pas penser" avoir été nul

Dans un long post de blog, l'ex-conseiller de Boris Johnson, a publié, mercredi 16 juin, une capture d'écran d'un échange sur l'application WhatsApp datant du 27 mars 2020, avec pour destinataire "Johnson Boris". Dans l'échange de messages, Dominic Cummings met en cause "MH", Matt Hancock, pour les retards dans la montée en puissance du dépistage du Covid-19. Son contact, Boris Johnson, lui répond "complètement putain de nul".

Interrogé sur ces accusations, un porte-parole de Boris Johnson a refusé de réagir "à chaque allégation" et a répété qu'il gardait toute sa confiance en Matt Hancock : "Le Premier ministre a travaillé très étroitement avec le ministre de la Santé et continuera de le faire". De son côté, lorsque la BBC l'a interrogé sur ces accusations, Matt Hancock a affirmé "ne pas penser" avoir été nul.

À lire aussi

Malgré cet incident, le Parlement britannique a renouvelé sa confiance à la politique du Premier ministre, en adoptant mercredi 16 juin, à 461 voix contre 60, sa décision de reporter la levée totale des restrictions liées au coronavirus en Angleterre, déjouant des craintes de rébellion au sein du camp conservateur.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/